En mémoire des victimes des attentats du 13 novembre 2015

voir forums

voir contacts

Gérer mes contacts

Gérer mon profil

      Le site
Pseudo :
mot de passe :

Poèmes et textes
ATTENTION... discussion à visibilité publique



Espace pour placer vos textes et poèmes

Les textes et poèmes de votre composition.

Nous n'acceptons pas ici les plagias ou copies de textes qui ne sont pas de vous et qui ne mentionnent pas les références de l'auteur.




texte sur l'estime de soi . x1  message d'espoir plumetie le 18-08-2016 15:20:00  


un trés beau texte sur l'estime de soi . pour ceux qui ne le connaisse pas .
un texte à lire et à relire pour en comprendre toute la signification .

après un long travail sur soi .

http://www.mordredanslavie.com/index.php/2015/12/12/le-jour-ou-je-me-suis-aime-pour-vrai/

 :v:  :v:





Hommage à Pascale x1 clémence2206 le 20-08-2015 21:39:00  


Pascale,

Ce 15 Août, tu t’es tue,
Dans un silence abyssal,
Mais nous savions ton vécu
D’une violence insupportable,
Nous savons que ces abus
Sont des plus abominables,
Tu as fait tout ce que t’as pu
Tu es une femme mémorable.

Pars tranquille,
Envoles toi,
Endors-toi,
Tous ces pédophiles,
Ne te suivront pas.

Ce 15 août impromptu
A emporté ta bonté.
Ta sincère lucidité,
A pu quelque fois froisser
Mais elle était ta vertu,
Pour ne pas feindre d’ignorer
Les horreurs de ton passé
Et celles des individus.

Pars tranquille,
Envoles toi,
Endors-toi,
Ta plume volubile,
Restera gravée là.

Ce 15 août tu as voulu
Sortir de cet étouffoir,
Ton départ inattendu
Nous a tous laissé hagards,
Mais pas de malentendu
Si tu es bien dans ce noir,
Nous ne pouvons t’en vouloir
L’inceste est un mal qui tue.

Pars tranquille,
Envoles toi,
Endors-toi,
Suis bien ce long fil,
Te menant chez toi.

Ce 15 août t’a rendu
Ta liberté de mouvoir,
Libéré ton désespoir,
J’espère que tu as pu
T’évader de tes tourments,
Trainés depuis si longtemps,
Et partir de ce mouroir
Qu’est ton passé, ton histoire.

Pars tranquille,
Envoles toi,
Endors-toi,
La vie est si fragile,
Parole en marche est là.





La voix de L'enfant x2 plumetie le 28-02-2015 12:48:00  



Quand la voix de l'enfant resurgir .
Du plus profond de soi .
Du plus profond du Moi .

Du plus loin que l'oublie .
Un grand souffle de vie .

Un grand crie qui surgie .
Du néant de l’oublie .
du néant de la nuit ..

Un grand crie qui se dit .

Quand la voix de l'enfant .
Du plus loin de la nuit .
Bien plus loin que la vie .
Des abysses de se crime .

Quand tout refait surface .
La parole est un crie .
Qui s'égare dans la nuit .
Comme un vent de fureurs qui emporte l'enfant .
De se crie oublié , de se crie bâillonné.
De n'avoir pu sortir . De n'avoir pu se dire .
Remonte à la surface . Et l'enfant .
Et le crie .

En apnée de la vie .
Le souffle de la vie .
libère les entrailles .
Remonte à la surface .
Blesse encore pour cette fois .

Crier est une injure .
Crier toute cette injure .
L'enfant est désarmé .
Il crie cette douleur .
enfanté de la vie .

les mots non plus de mises .
Remplacé par le cri .
qui n'avait pu se dire .
Remonte à la surface .
Et le le cri
Et l'enfant .

Ho souffle de la vie . Ho souffle de l'oublie .

l'enfant à bien grandis ..

et là il peut se dire .



plumetie ( 28 février 2015 .)
























Motus et Bouche Cousu x2 plumetie le 08-02-2015 00:44:00  



Motus et Bouche cousu .
clic clac la pendule dans le noir
Motus et Bouche cousu.
San clé le cadenas
Chut Chut
Le doigt devant la bouche
Le silence est un "cri que personne ne doit entendre
Chut Chut .

Le Silence un murmure
Tu me disais :"- Attention les Fantômes vont venir
se soir pour toi petit enfant ."
Chut Chut
J'ai peur du noir "p... .
Mais je ne te le dirais pas .
Toujours tu ris de moi
Te moque et puis me raille.
Chut Chut
Pourquoi tu es méchant
Pourquoi tu ris de moi
Moi qui est si peur du noir
Moi qui es si peur ...de toi .


plumetie écrit le 3 aout 2014
posté le 8 février 2015.








les droits de L'enfant x2 plumetie le 06-02-2015 21:43:00  


l'enfant n'a pas de droit
quand on veut le faire taire
l'enfant ne comprend pas
le crime de la chair

sang dessous dessous

l'enfant ne comprend pas
la parole interdite , le non sens des mots
qui ne se disent pas ;
L'enfant ne comprend pas
sang de rouge qui coule"
sang de coule qui va"
Les mots n'ont pas de mise pour nommer le délit
de se crime interdit .
pas de loi .
tout sa n'existe pas personne ne veut voir :
faire semblant .se taire .ne pas dire . le mépris .

l'enfant lui oublieras .
- êtes vous sur de sa ! !
quand je voie les dégâts sur ma vie les dommages .
quand je voie les dégâts ,les non dits de se crime .

l'enfant n'a pas le mot" pour nommer le délit
pour nommer la blessure
sang de rouge
qui roule , boule de balle pourquoi ?
vous ne me dite pas :
vos regard se détourne qui me nie me renie à la vie.

l'enfant à bien grandit ! !
Il a survie au mépris . à la blessure profonde qui n'avait pas de sens . qui n'avait pas de mots .

Aujourd'hui il sait le mot que personne n'a dit .
Aujourd'hui il reprend son histoire , il cherche , il parle , il ose enfin dire
pour pouvoir reconstruire les pans de sa mémoire , de son moi" . de son être . retrouver le mystère .
de se crime d'inceste commis par un " paire " ..



plumetie 6 février 2015 .






















; x1 plumetie le 06-02-2015 21:56:00  


de se crime d'inceste commis par le "paire" .

plumetie 6 février 2015 .



;plumetie x1 isilda le 06-02-2015 22:03:00  


et tu dénonces en parlant.  :-x



isilda x1 plumetie le 06-02-2015 22:08:00  


parler ne plus se taire .
apprivoiser sa vérité jusqu' a la dire ,

merci  :-*
 :-x  :v:  :v:





Elle x1  thérapie plumetie le 02-02-2015 17:02:00  


Non je ne l'aime pas .
comment pourrais " aimer " cette femme " qui m'a pourtant donner la vie , mais qui m'a rejeté de ma plus prime enfance à ma vie de jeune adulte .
Non je ne l'aime pas .
pourquoi le devrais je .
es se par se que c'est obligatoire comme quelque choses de sacrée puisqu'elle ma enfanté .
es se comme un sacrilège de devoir la nier
comme elle m'a rejeté .
Non je l'aime pas .
après toutes ses années ou il m'a fallu " parler
pour pouvoir retrouver cette enfant que je fu ,
dire toutes cette " dureté " qui pour moi ma bercé
comme on berce un enfant .
dire toute cette dureté par laquelle "elle " m'a entourée .
de ces bras bien trop peu .
pour en garder tout de même
quelque seconde de se temps
pour savoir se que c'est même un peu " son amour" bien trop peu .
Non je ne l'aime pas.
bien trop tard à présent , je ne peu le nier trop de larmes versé , trop de douleurs passé . a vouloir affronté les démons du passé .
non je ne l'aime pas .
détaché de ces liens qui m'ont trop empêché de dire ma vérité .
de ces liens invisible qui m'ont trop "embrouillé de tout ce ressentis .de voir la vérité .
il m'a fallu luter
il m'a fallu hurler

crier jusqu' a plus voie pour pouvoir accepter qu'elle ne m'a jamais aimé .comme elle le devait .



plumetie ( 2 février 2015 )







" x1  thérapie plumetie le 02-02-2015 17:17:00  


Non je ne l'aime pas .
bien sur que j'ai le droit de dire " Enfin "
ma vérité .


plumetie ( 2 février 2015 )





Mais qui est ...L'autre x1 plumetie le 22-01-2015 23:35:00  


Quand la vérité fait trop peur
on ne peu s'en approcher que doucement .
" -je t'interdit de faire un pas vers moi !

Quand la vérité fait trop mal
c'est des moments de panique ou le moindre bruit me
fait peur .
" -je te regarde et je te fui .

Quand la confiance à été bafoué .
Quand tout à été salie
Que je ne sais plus qui je suis.
- je voudrais me cacher ..


Et pourtant , j'aimerais que tu fasse un pas vers moi
Et pourtant , j'aimerai juste te regarder
ne pas te fuir , pour pouvoir essayer d’être un peu moins seule .
Et pourtant ,j'aimerais pouvoir partager des instants des moments , mais juste comme sa ,

je dis que je ne veux plus , je dis que j'ai moins peur pourtant ,
je ne sais pas faire semblant , aucune demi mesure

un ami ,un amour
je sais pas , je veux pas
parfois je ne comprend pas ,c'est un autre langage

c'est de cette interdit
c'est à cause de "toi "
que je n'arrive pas
que j'ai si peur d'aimer .
C'est de se tabou là
que tu m'a imposé
que je me défens san cesse
je ne me laisse pas approché .

Je met cette barrière Invisible pourtant
je met cette barrière qui est comme une armure ,
comme un grand bouclier
je deviens femme guerrière
d'un regard je t’arrête ,
pour pouvoir exister je brandit mon "épée..
je t 'empêche d’approcher .

le tabou de l'inceste , je le fait exploser pour me libérer de se mal qui m'a ôté la vie
morte à l' intérieure je me suis relevé .
infamie de se crime ,je renais à la vie .


plumetie (4 janvier 2015 )





Seulitaire x1 plumetie le 28-12-2014 00:12:00  


non je ne suis pas célibataire
je suis seulitaire
peu être par choix ou par déséspoir
de ne pas pouvoir faire comme toi
de ne pouvoir faire comme ceux
qui vont le cœur léger san peur de ne pouvoir aimer .
la confiance fracassé , la confiance qu'es ce que c'est
quand dans un cœur d'enfant à été brisé .

comment j'ai pu une fois vivre cette histoire .
il etait comme toi , il était pour moi mais qui était t il quand de sa souffrance je sentai sa présence qui me rassuré ,
nous nous sommes rapproché comme deux naufragé
deux être blessé , mais c'est du passé
je ne veux plus en parler ...


chut ..ne dis rien .





; plumetie le 30-12-2014 14:06:00  


pour ne pas raviver ma peine ...






Citation sur le jugement  ma reconstruction plumetie le 27-12-2014 23:19:00  




j'aime beaucoup cette citation , elle est extraite du sit "il est interdit d'interdire " .

Face au parole de jugement qui m'ont souvent agacé tellement injuste , quand il y aurait tellement à dire pour se défendre ou devoir de justifier , je répondrai simplement ceci :

Avant de porter un jugement sur mon
Caractère ou ma vie , mettez mes
Chaussures , parcourez mon chemin,
Vivez mon chagrin , mes douleurs ,mes
Doutes, mes fou rires...Parcourez les
années que j'ai parcouru et trébuchez là
ou j'ai trébuchez , relevez vous tout
comme je l'ai fait ...Et seulement là
vous pourrez me juger !!!





;  ma reconstruction plumetie le 28-12-2014 10:53:00  


san oublier que rien n'est jamais acquis ..





Citation plumetie le 11-08-2014 23:52:00  


" Être responsable de ses souffrances , c'est être capable de dire : " C'est à moi de m'occuper de la douleur qui est en moi , même si c'est une autre personne ou situation qui a réveillé celle-ci .

Puisque ça fait mal en moi ça m’appartient et c'est à moi de m'en occuper . Maintenant que je suis adulte , personne d'autre ne pourra le faire à ma place . Ceci dit , si j'ai besoin d'aide pour le faire , c'est aussi à moi d'aller chercher cette aide . "

citation ?? ( ne connait pas )





La source de mes souvenirs x1 plumetie le 28-07-2014 23:01:00  


Toutes ces années pour arriver à parler de la " source " de mes souvenirs . Souvenirs pas comme sur des cartes postal . Mais à l'intérieure de soi avec tous les ressentis émotionnelle qui vont avec . Je n'ai plus envie de me taire . je ne peux plus . je veux dire . Je vais parler .
Je les ai contournés .
Je les ai regardé . Je m'en suis éloigné pour y revenir avec chaque fois plus de précision dans mes émotions . Plus de détails dans se que je pouvais voir .

Enfant qui est tu ? enfant que sait tu ? dis moi .

dis les mots du silence . Dis les mots de l'enfance .
Les mots que tu ne savais pas . Les mots que tu ne comprenais pas . Les mots qui ne se disait pas . N'ai pas peur de tout dire .

Enfant parle moi . Enfant dis moi .


plumetie (28 juillet 2014 )





L 'enfant x1  le clivage plumetie le 25-07-2014 21:52:00  


L'enfant et les mots qui ne savait pas dire , qu'il ne connaissait pas , pas encore bien trop tôt pour nommer
l' ignominie du bourreau Sacrifié l'innocence , Sacrifier toute l'enfance
L'enfant ne savait pas ,
L'enfant ne pouvait dire à se moment précis .

Un jours pourtant il a parlé avec ces mots d'enfant
il a tout raconté a ce jeune homme qui été rassurant
Plus jamais par la suite il n'a osé décrire ...avec ces mots d'enfant sa souffrance des grands....



plumetie ( 25 juillet 2014 )





- x1 plumetie le 11-07-2014 00:22:00  


Je ne sais pas si sa forge un caractère . Aux prix de beaucoup de larme tout de même . Je m'en serrais bien passé de se passé ; Sans vouloir faire des jeu de mots , c'est pas un jeu tout sa .

Sa fait de la peine , sa rend amer parfois . Sa fait chagrin dans mon p'tit cœur . Même que parfois et bien souvent , je regarde la vie, par ce que moi , avec tout sa , j'ai peur de la vivre , ma vie . Je la regarde qui passe ; Sa me fait peur par ce que tout passe si vite , il y as que le chagrin qui a du mal à passer ;

alors je fait comme si je m'en balancé , mais bon ..
elle se voit bien parfois ma tristesse tout autours de mes yeux , sa fait comme des rides mais pas de rire ou si peu ;

peu être que sa forge un caractère ,au prix de beaucoup de larme tout de même ... mais moi le bonheur , quand il arrive , je le prend tout de suite ; Vite un sourire c'est sa la vie aussi .

- plumetie ( 11juillet 2014 )





Ma grand méres plumetie le 22-07-2014 20:40:00  


Un jour, un voisin, qui était très gentil, m'a dit :

« Oh, le joli petit bossu ! » J'ai demandé à ma grand-mère : « Qu'est-ce que c'est, un bossu ? »

Alors elle m'a chanté une vieille chanson. Je me rappelle pas la musique, mais les paroles, ça disait comme ça : (il chante) Un rêve m'a dit une chose étrange,
Un secret de Dieu qu'on n'a jamais su, Les petits bossus sont de petits anges, Qui cachent leurs ailes sous leurs pardessus. Voilà le secret des petits bossus... les grand-mères, madame Rostaing, c'est comme le mimosa, c'est doux et c'est frais, mais c'est fragile. Un matin, elle n'était plus là. Une bosse et une grand-mère, ça va très bien, on peut chanter. Mai, un petit bossu qui a perdu sa grand-mère, c'est un bossu tout court.

je ne suis pas bossu .....



Ma grand méres plumetie le 22-07-2014 20:41:00  


je ne suis pas bossu ..mais ma grand mère était comme le mimosa ,
plumetie ;





Indifférence x1 Opale le 15-02-2014 14:56:00  


Si tu savais dans quelle souffrance
Me replonge ton indifférence
Toujours le même numéro
Celui de ton silence radio .
Un jour j'ai osé t'accuser
De m'avoir longtemps abusé
J'ai pris ma force et mon courage
A défaut d'une quelconque rage
Mais pour toi tout est oublié
Tu vis comme si de rien n'était
Même quand tu reçois le papier
Te prév'nant d'un futur procès .
Je le savais, j'en étais sûre
Et pourtant c'est encore si dur
De voir à quel point tu t'en fous
De ce passé lourd entre nous.
Tu es passé à autre chose
Tu as oublié cette chose
Que j'étais devenue pour toi
Quand moi je voulais un papa.
J'y ai mis tellement de mes forces
Mon coeur et mes espoirs de gosse
Pour croire que tu pourrais m'aimer
Comme mon père tout juste envolé.
Ton silence d'aujourd'hui rappelle
Mes blessures saupoudrées de sel
Comme avant pour toi je ne suis rien
Au mieux un jouet, une putain.
Je pleure, j'ai mal à en crever
Tu n'm'as vraiment jamais aimée
Et c'est à moi de faire le deuil
Mes espoirs retournent au cercueil.
J'espère un jour avoir pour toi
L'indifférence que tu m'octroies
J'espère que l'enfant sans papa
Renoncera enfin à toi.





J'ai beau vouloir... x2 Opale le 01-11-2013 10:48:00  


J'ai beau lutter

Ils reviennent les souvenirs

De c'que j'ai vécu de pire

Ils sont là sans crier gare

Parlent d'enfance dans le noir.



J'ai beau vouloir

M'éloigner du désespoir

Ecraser ce sale cafard

Ils savent toujours m'avoir.



Je me souviens

De ton regard, de tes mains

Je n'y peux strictement rien

Enfant prise pour une putain

Par cet homme au noir dessein.



J'ai beau pouvoir

Mettre du beau dans ma vie

Il revient encore la nuit

Ce sale regard

Qui a tout vu, a tout pris

Ses pulsions, son ironie

Ca colle encore à ma vie.



J'ai beau savoir

Qu'un jour ce sera fini

Je me sens déboussolée

Par ce que j'dois traverser.



Tel un fantôme

Ce sale homme hante ma vie

J'ai beau vouloir

Il est présent aujourd'hui.







Amputée x2 Opale le 04-05-2013 21:18:00  


Tu es venu un jour
Et tu m'as découverte
Et ton coeur sans amour
M'a vue déjà à terre
Devant toi sur sa route
Une enfant de huit ans
Cabossée par la vie
Mais l'espoir l'habitant .
Tu n'as pu résister
C'était bien trop tentant
Tu m'as roulé dessus
Comme ne m'ayant pas vue
Tu as oeuvré quatre ans
A semer la terreur
A transformer le temps
En une extrême lenteur .
Puis tu as décidé
Que c'était le moment
Tu allais m'amputer
De mon âme d'enfant
Le pouvoir de tes mains
M'a alors tout volé
Pureté, innocence
Amour, complicité .
Tu as pris dans mon coeur
Mon bien le plus précieux
Tu as éteint ma vie
Tu as éteint mes yeux
Me voilà aujourd'hui
Amputée de cette vie
Celle dont j'avais rêvé
Celle que tu as brisée .
Pourquoi ne pourrais-je pas
Tels d'autres handicapés
Me construire une prothèse
Pour enfin avancer ?
Je la bâtis chaque jour
Cette vie handicapée
Peut-être un peu boiteuse
Mais sans perversité .
Me voici amputée
Mais debout devant toi
C'est toi qui es à terre
Tu n'te relèveras pas .
Me voici amputée
Mais plus vivante que toi
Vas-y tu peux crever
Je continue sans toi.



Amputée Jee le 10-09-2014 11:03:00  


Même histoire...





si je pouvais.. x1 Opale le 19-02-2013 10:03:00  


Si je pouvais venir te chercher
Petite enfant, aux mains du cinglé
Si je pouvais entrer dans l'appart
Ce monde à part, cette maison de fous
Je te dirais, à toi apeurée
Que c'est fini, que c'est plus ta vie
Je te dirais, à toi terrifiée
Que l'homme-monstre j'ai dénoncé.
Si je pouvais venir te chercher
Enfant perdue, toi qui ne sais plus
Je te dirais qu'il a inventé
Toute cette folie qui t'a bouleversée.
Si je pouvais, je t'emmènerais
Très loin de lui, loin de ses lubies
Je te prendrais doucement dans mes bras
Pour apaiser cette terreur-là.
J'aimerais tant venir te chercher
Tu es si seule et recroquevillée
Chaque heure qui passe t'emporte un peu plus
Dans les mensonges, les cris de ce gus.
Un jour viendra, je pourrai t'emmener
Et toi et moi serons apaisées
Un jour viendra je pourrai t'emmener
Et enfin seul, il pourra crever.



si je pouvais.. x1 alice le 02-04-2013 19:13:00  


un jour , tu n'auras plus besoin de dissocier la petite fille et l'adulte que tu es devenue
tu seras une et indivisible
alice





fulgurance x1 Opale le 22-08-2012 11:52:00  


Mais qu'est-ce que tu viens faire là ?
Je n't'ai pas entendu venir
Je n't'ai pas senti arriver
Mais en cinq minutes mes souvenirs
Viennent à mon cerveau t'imposer.
Qu'est-ce qui se passe ?
Comment tu fais
Pour qu'après toutes ces années
En cinq minutes soient balayées
Toute bonne humeur et toute gaieté
J'y comprends rien, les larmes coulent
Je voudrais qu'tu n'existes pas
Soudain mon moral s'écroule
Tu règnes encore et je n'veux pas.
Une soudaine idiote évidence
Qui vient juste pour me déchirer
Et rappeler à tous mes sens
Que tu as vraiment existé.
Mon stylo court sur la feuille
Poursuivi par mes émotions
Ma peur, mes larmes, l'enfance en deuil
L'envie de te traiter de con.
Sans réfléchir je les aligne
Ces mots qui voudraient te hurler
Que mon coeur n'en peut plus d'encore
Se souvenir de tes méfaits.
C'est le brouillard dans ma tête
Que cela soit en rimes ou non
Plus la force d'être poète
Quand tu reviens crier ton nom
Ma plume lourde de lassitude
Tentera une fois encore
De s'encrer couleur de vie
Pour que tu n'sois pas le plus fort.






LA DOULEUR x3  mes émotions LECTURE le 08-08-2012 17:36:00  


La douleur physique on s'en passerait
mais elle est nécessaire
et tellement précieuse
elle permet d'évacuer la pire des douleurs qui soit
c'est facile pour moi de dire ça
je n'ai jamais souffert
pas perdu des membres à la guerre
pas tombé d'un échafaudage
pas été brûlé à 180 degrés
ni écartelé, ni lapidé, ni broyé
j'ai juste été oublié
pas sur un banc , on m'aurait retrouvé
donc la pire des douleurs serait , selon moi,
d'avoir été oublié
mais ce n'est que du bonheur ça
on profite, on passe inaperçu,
on fait ce que l'on veut
c'est pas là que je voulais en venir
j'ai perdu le fil.
j'ai perdu des vies qui me tenaient la main
des âmes oubliés comme moi
et puis certaines personnes se font mal douloureusement
car elles ont été oublié
et moi j'ai de la peine pour eux

nuit du 7 au 8 août 2012





Ta tombe x1 Opale le 19-06-2012 17:54:00  


Que pourrais-je écrire sur ta tombe
Alors que t'es pas vraiment morte ?
Ci-gît Opale, petite fille
Disparue le coeur en guenilles
Que pourrais-je porter sur ta tombe
Alors que tu respires encore ?
Quelques nounours, un ou deux jouets
De quoi pouvoir t'apprivoiser.
Crois-tu que je puisse enterrer
Tous ces morceaux de coeur brisé
Tout ton ennui, cette petite vie
Ton âme qui est juste en sursis.
Je suis là à porter le deuil
Mon enfance est dans son cercueil
Tu es si pâle, le regard vide
Et j'ai mal d'en être lucide.
Nos années d'enfance sont passées
Toi et moi resterons liées
Mais pardon petite fille tu vois
Je ne pourrai plus rien pour toi
Je ne peux pas te redonner
Toutes ces années qu'il t'a volées
Si tu savais comme j'aimerais
Et comme j'ai mal à en crever
Je n'peux rien faire d'autre que garder
Une place pour toi dans mes pensées
Je n'peux rien faire d'autre que tenter
De changer notre destinée.





Inceste (16/07/2003) x1 Opale le 16-06-2012 21:52:00  


Inceste
Les aiguilles de l'horloge
Sont figées
Le temps s'est arrêté
Sur un geste posé
Inceste
L'oubli n'existe pas
Le sablier ne coule plus
Inceste
Secondes et années mêlées
A une blessure gravée
Inceste
Tout perd sa place
Le temps et l'espace
Ce temps...
Mais que peut faire le temps
Contre une brûlure d'enfant
Quel temps peut réparer
Les maux d'un corps bafoué
Inceste
Bombe à retardement
Eclate à tout instant
Dix ans, vingt ans, trente ans
Qu'importe maintenant
Le venin est figé
Gravé dans une pierre noire
Inceste
Il reste...
La parole à libérer
La souffrance à dévoiler
La honte à effacer
Les pleurs à déverser
Inceste
Il reste...
L'espoir de vivre
L'espoir de renaître
L'espoir d'aimer
Et d'être aimé
Malgré le temps qui n'efface pas
L'inceste...





A la recherche du temps perdu (25/09/2003) x1 Opale le 16-06-2012 21:48:00  


A la recherche du temps perdu
La recherche du temps qui n'est plus
J'ai pas fait attention sans doute
J'ai perdu mes années en route
Faut faire le chemin à l'envers
Pour retrouver tout ce que l'on perd
Chemin de joie et d'insouciance
Je voudrais retrouver l'enfance
Je pars donc bien vite sac au dos
A la recherche de mes sanglots
Pour bien comprendre ou essayer
Pourquoi ils ont tout effacé
Je trouve des traces sur le sol
Minuscules traces j'en rigole
Des petits pas de petite fille
Qu'on a dû dire bien gentille
Je suis ses marques bien profondes
Pour retrouver mon ancien monde
Mon monde de rire et de douceur
Mon monde de paix et de bonheur
Qu'il est tortueux le chemin
Pour trouver ce rire cristallin
Parsemé d'embûches, de cailloux
Il me fait tomber tout à coup
Je repasse les traces de douleur
Je revis les moments de malheur
J'avance encore en trébuchant
A la recherche de l'enfant
Je tourne en rond , ne la trouve pas
Mais où brille donc son feu de joie
Je croise sur le sentier des cendres
Ces restes donnent envie de se pendre
Il faut chercher longtemps encore
Pour retrouver l'enfant qui dort
L'enfant qui s'est juste assoupi
Dans les aléas de la vie
Pas après pas, le jour la nuit
Pas après pas enfin je suis
A la recherche du temps perdu
La recherche du temps qui n'est plus
J'ai été distraite sans doute
J'ai perdu mon enfant en route...





Programmation (25/11/2004) x1 Opale le 14-06-2012 20:52:00  


Il a suffi d'un geste, du spectre de l'inceste
Et voilà qu'elle s'écroule , de son âme se déleste
Les mains qui sont passées là sous son vêtement
N'ont pas fait que toucher peau et sexe d'enfant
Elles ont tel un rapace déchiré de leurs griffes
Son corps couleur de lait et mis son coeur à vif Sombres mains hideuses éviscérant son âme
Et puis la piétinant pour la jeter aux flammes
Elles ont alors bien pu remplir cette enveloppe vide D'un nouveau mécanisme , suite à l'infanticide
Oui elles ont pu sans peine créer leur automate Programmée, dirigée, sous une terreur moite
Maintenant il n'y a plus qu'à jouer à la poupée
A salir son robot et à le dévaster
Elle ne dira plus rien, pantin inanimée
Qui se dit "c'est ma faute" quand elle se fait tuer Tous les gestes qu'il veut lui faire subir encore
Elle les acceptera et donnera son corps
Car il suffit d'un geste, du spectre de l'inceste
Pour qu'elle s'accuse encore quand il dévore ses restes.





La boue (10/02/2004) x1 Opale le 14-06-2012 20:48:00  


Des mains pleines de boue qui répandent sur moi
Un écoeurant dégoût et la honte de soi
La boue s'étale partout, volant chaque centimètre
De peau pure et jolie d'avant ces gestes infects
Les mains passent et repassent porteuses d'un poison
Qu'elles m'injectent en silence et avec précaution
Elles courent elles s'acharnent pour le faire pénétrer
Ce poison terrifiant qui va me dévaster
Il est là il arrive, s'empare de mes veines
S'insinue, lourdement, pour que je me souvienne
Il s'empare de moi, secondes par secondes
Et il me jette là, dans un horrible monde
Je ne suis plus moi-même, plus cette petite ado
Je ne suis qu'une poupée, shootée jusqu'au cerveau
Les minutes passent lentement au rythme des mains boueuses
Et sur mon corps tremblant l'impuissance se creuse Impossible d'arrêter ce poison en mon coeur
Il n'y a plus qu'à attendre que finisse cette torpeur Pas d'autre choix possible que d'être emportée Terrifiée , petite fille aux sens incontrôlés
Il n'y a plus rien, plus d'âme, plus de vie, plus d'enfant
Juste un corps qui se meurt, possédé en dedans
L'estocade s'approche le poison coule plus fort
Et arrive à grands pas l'heure de la mise à mort
Voilà il est parti ce venin terrifiant
Mais ce n'est qu'une tromperie, il est là bien présent
Il a laissé la honte et la haine de soi
Il a laissé une vie et un coeur aux abois
La boue des mains sur moi a séché lentement
Faisant taire à jamais mes propres sentiments
Cette boue est fictive, invisible , irréelle
Mais la saleté qu'elle laisse m'a semblé éternelle





au coeur du volcan x1 Opale le 09-06-2012 19:14:00  


Je me suis retrouvée

A nouveau replongée

Là, au coeur du volcan

De ta perversité.

Je l'avais occultée

Cette lame dans tes yeux

Ce regard dur et froid

Que tu portais sur moi.

J'ai entendu tes mots

Les uns après les autres

Et la lave du volcan

M'a incendié le coeur.

Replongée et noyée

Dans ton discours pervers

Mon cerveau horrifié

A perdu ses repères.

Tout revient violemment

De ton ignominie

Ces phrases sales et blessantes

Dites avec ironie.

Tu t'affirmes surpris

D'abus au quotidien

N'étant pas très "gourmand"

Comme tu l'as dit si bien.

J'essaye de retirer

Ce poignard en plein coeur

Que ta voix m'a planté

En un souvenir d'horreur

Cette phrase est tellement toi

Que j'en suis atterrée

Je te savais bien fou

Mais j'avais oublié

A quel point le poison

De tes mots distillé

Était ainsi capable

De me paralyser

Je me sens comme avant

Le cerveau retourné

Méprisée, piétinée

Par ces mots prononcés





Ouvrir une autre porte. x2 isilda le 09-06-2012 18:30:00  


Ouvrir une autre porte.

Peu importe de l'endroit du départ.
Oser pousser la bonne porte pour dire.
Oser traverser l'autre rive, là il y a un autre décor.
Ce ne sera plus l'enfer.
Et de l'autre côté de la rive ce qui est important C'est de faire quelque chose de beau de sa vie.
La route est longue,
la vie aussi.
Ce qu'il faut: C'est de ne pas s'arrêter sur la ligne de départ.
Puis, les autres peuvent être un tremplin pour la vie
Et nous transporter plus moin qu'on le croyait.

Extrait du livre de "petite lune brisée" de Isilda.






Nouveau message

retour