En mémoire des victimes des attentats du 13 novembre 2015

voir forums

voir contacts

Gérer mes contacts

Gérer mon profil

      Le site
Pseudo :
mot de passe :

Parole en marche
la mort
ATTENTION... discussion à visibilité publique



Pour vous, femmes, hommes, qui avez été victimes d'inceste, la première parole est toujours difficile...

Vous avez votre place sur ce forum.




comment à Orléans l'église écoute les victimes d'abus isilda le 26-03-2016 13:24:00  


Pour cela, un numéro de portable, gardé par un membre de l'équipe à tour de rôle, et une adresse mail sont crées. A chaque contact, l'équipe voit qui sera le plus à même de rencontrer la victime. " être plusieurs permet d'offrir un interlocuteur adéquat: un homme ou une femme, un prêtre ou un laïc...pour mettre en confiance, (souligne le père Marc). On essaie de décoder aussi les demandes: nos expériences variées nous amènent à voir des intentions différents derrière un même mot, échanger nous enrichit."

Offrir un lieu sécurisé
Puis, le premier "écoutant" fait un rapport au collectif. Si les faits ne sont pas prescrits, la procédure rejoint la loi: transmission à l'évêque, qui contacte le procureur. "là, nous ne laissons pas la personne choir, (souligne Fabien), mais nous ne pouvons plus faire grand-chose." De fait, les quatre demandes reçues jusqu'à-là ont concernés des faits éloignés dans le temps, avec un coupable mort ou déjà jugé et condamné, et s'étant déroulés dans d'autres diocèses.
"On fait du sur mesure" insiste Valérie. " j'ai rencontré une personne pendant une heure qui n'a finalement pas souhaité reprendre rendez-vous" se souvient Paul. d'autres demandent une disponibilité par téléphone presque quotidienne.

SUITE...





enfin je me souviens du pire....pour le meilleur x2  ma reconstruction Doriclo le 12-01-2016 23:14:00  


Bonjour,

j'ai 27 ans et je n'ai jamais su que j'avais été victime d'inceste.
à 22 j'ai fait une bouffée délirante et j'ai dit à ma mère "papy m'a violée ?" elle s'est mise à pleurer.
Le jour où on m'a appris la mort de mon grand père quand j'avais 11ans...j'ai pleuré puis quand j'ai été seule dans la salle de bain j'ai fait "yes !".
Dernièrement tout ça m'est revenue...des sensations corporelles, des flash, des cauchemars...
Je ne supporte souvent plus qu'on me touche. J'ai du mal à aller au lit et je ne peux pas dormir sans lumière.
Quand je pense à mon grand père je suis morte de trouille. Et pourtant quand je pense aux souvenirs que j'ai avec lui je me souviens qu'il m'apprenait pleins de choses.
Alors j'aimerais savoir...si comme moi certains d'entre vous on "oubliait" ce qui leur ait arrivé et s'en s'ont rappelé plus tard à l'âge adulte.

C'est dur, j'ai l'impression d'une bombe à retardement et surtout c'est comme si tous mes comportements face aux hommes prenaient enfin sens...Comme si toute cette peur sortait enfin.
Combien de temps cela prends t'il une fois que les souvenirs refont surface ? En tout cas pour vous à qui s'est arrivé d'occulter ?









Pensée collective pour pascale . bernard (modérateur) le 19-08-2015 21:42:00  


oui merci Dawn pour cette initiative. Je serai également présent pour ce moment d'adieu.

Pascale reste présente pour nous, et le sera longtemps sur ce forum.

Nous ne l'avons pas rencontrée de visu, mais nous avons partagé beaucoup avec elle depuis plus de dix ans... Ce sont des combats, des incompréhensions, des retrouvailles... Des froids et des chauds. Pascale était entière, il a parfois fallu arrondir des angles ou revenir sur des quiproquos mais toujours nous avons fini par un dialogue dans la reconnaissance de chacun.

Elle a parler plusieurs fois de la mort, dans la recherche d'une certaine paix à travers la mort. En ce 15 Aout elle est partie pour toujours sans nous parler de sa dernière souffrance, c'est certainement pour nous préserver, alors que ces derniers messages étaient positifs.

En ce 15 Aout elle est partie accompagnée de Marie, la mère de Jésus, ce n'est pas un hasard, mais bien une espérance de Paix.

Demain nous lui dirons au-revoir pour ceux qui croient à la résurrection ou adieu pour les autres.

Bernard





Hommage à Coline Clémence2206 le 30-11-2014 01:30:00  


Je me permets d'écrire ici un message pour Coline, une autre des victimes de l'homme qui m'a violée, je me rend compte que depuis le procès je continu de penser presque tous les jours à elle...
Je voudrai qu'elle ne soit pas morte en vain, alors j'essaye de faire circuler ce message un maximum, pour que les gens comprennent que pendant qu'ils font de l'inceste un tabou car c'est trop dur pour eux d'en entendre parler, il y a des victimes pour qui c'est beaucoup trop dur de le subir ...

Je ne te connaissais pas mais...
Nous avions le même âge,
Nous nous ressemblions tellement, que ton papa à fondu en larme en me voyant,
Toi aussi tu as été victime de ton grand-père,
Et comme l’inceste est tabou, rien n’est fait pour aider les victimes,
Alors nous nous mettions en danger, et nous avons été violées par le même violeur,
Tu souffrais tellement que toi aussi, tu as essayé de te suicider,
Mais toi, tu y es parvenu, en sautant du haut de cette tour…
L’INCESTE TUE ! Afin que plus aucune victime ne choisisse la mort à défaut de trouver de l’aide,
BRISONS CE TABOU !






l'automutilation est elle une addiction?  l'automutilation bernard (modérateur) le 29-11-2014 21:10:00  


Je reviens d'un colloque et l'un des intervenants nous a parlé de l'expérience d'Olds & Milner (1954) prouvant un cycle du plaisir (chez le rat). Le rat appuyant sur une pédale activait une électrode dans le cerveau (au bon endroit), le rat se procurant du plaisir, ceci pouvant le conduire à un épuisement total pouvant le faire mourir... C'est ce que l'on pourrait appeler une addiction mortelle.

Ce cycle n'est pas encore compris scientifiquement, mais c'est plutôt un constat.
Ce cycle appelé "mécanisme de récompense" existe également pour la souffrance (dans le plaisir du marathonien par ex).

Des études sur les drogues et l'addiction aux drogues démontrent l'existence de mécanismes similaires mais sur des zones cérébrales légèrement différentes.

Depuis il a été mis en évidence que l'absence testostérone (voire peut être d’oestrogène ??) bloquait ce "mécanisme de récompense", et l'on peut faire le rapprochement avec la libido. (ce qui va dans le sens que la prise de la pilule chez la femme réduit la libido, réduisant la sécrétion d'oestrogènes et de testostérone, mais sujet très mal étudié scientifiquement et mal vu car cela va à l'encontre de la pilule contraceptive...).

Ma question est liée à l'automutilation : d'après votre expérience personnelle peut-on ou non lier les "pulsions" d'automutilation au cycle menstruel de la femme. La prise de pilule par votre expérience peut-elle jouer un rôle dans ces pulsions? Certaines ici ayant parlé de "besoins" et de libération après s'être mutilée.

Cette question n'est pas facile, je ne voudrais pas réduire nos envies sexuelles à juste un problème hormonale, même si l'on sait que ces hormones sont importantes dans le ressenti du plaisir, et de la libido. Si cette question soulève une souffrance pour vous, n'hésitez pas à le dire.

 :-*  :-*  :-*

bernard





texte peut etre dur a lire attention  mes émotions fofi le 17-02-2014 09:28:00  




Le couloir de la mort



Ces mots sont durs,
Ces mots sont violents...
Mais ces mots sont vrais!
C'est bien là que je suis passée à plusieurs reprises!
Peu de gens le savent,
Pour la plupart, ce n'est qu'une mauvaise expérience,
Un truc qui va s'estomper avec le temps,
Suffit de passer à autre chose, de le vouloir...
La vérité c'est qu'ils ne savent pas ce que c'est!
OK on vous prend votre intimité de force, sans votre accord.
Mais ce n'est pas que ça!
Le viol, c'est une mise à mort de l'âme...
Cette violence est telle que psychiquement,
Notre cerveau bloque tout
Sinon on meurt...
Que la première peur qui nous vient est:
«Il va me tuer, je vais mourir»...
Alors on est sidéré, on ne bouge plus,
On voudrait bouger, mais on ne peut pas!
Notre corps ne nous appartient plus,
Nous en sommes à l'extérieur
Voyant la scène du dessus...
Comme le rapportent ceux qui ont vécu
Une expérience de mort imminente justement...
Le temps de l'agression, nous sommes morts...
Mais bien après encore, car bien sur ils laissent tant de destruction
Que notre âme a bien du mal a reprendre vie...
Le corps est en vie mais il n'y a plus d'âme!
Commence une vie qui se nomme survie,
Dans l'attente de la mort physique pour soulager la mort psychique...
La fameuse attente dans le couloir de la mort,
Alors que nous avons déjà senti l'odeur de la mort
Et qu'elle nous a en grande partie emportée!
Attendre avec la peur constante du moment ou la mort va venir.
Qui va venir et nous tuer, encore une fois, mais pour de bon?
Le couloir de la mort, on y entre au moment de l'agression,
Ou bien avant quand il a préparé le terrain...
Mais quand en ressort on enfin???
Jamais par définition, le couloir de la mort
On n'en sort que les pieds devant!
Toute une vie dans ce couloir quand on a rien demandé à personne...
C'est vous la victime mais vous qui êtes dans le couloir de la mort!
Et lui, celui qui vous y a mis, il vit sa vie tranquille...
Sans aucun remord, sans souffrance, heureux!
Dans le couloir de la mort, il n'y a pas de lumière extérieure,
Pas de rayon de soleil, les seules lumières sont artificielles et faibles,
Pour vous rappeler constamment que la mort rode, que vous êtes déjà sous terre...
Enterrée vivante depuis qu'on vous a mis de force dans ce couloir!
A l'âge ou vous devriez être dans le couloir de la vie,
Vous êtes déjà une morte vivante,
Vous essayez de survivre avec la mort qui vous enserre à chaque instant...
Couloir de la mort, couloir sans issue réelle,
Couloir d'angoisse, de noirceur, de désespoir,
D'attente interminable et sans espoir de revoir la lumière du soleil...
C'est ça un viol...
Bienvenue dans mon quotidien!


Sophie

17/02/2014





Laëti Opale le 21-01-2014 19:36:00  


Son chat Maurice est mort  (:-(
 :-*  :-*  :-*





La fin de la garde a vue  la justice dawn le 11-09-2013 08:25:00  


Il a été relâché hier vers 14h. Les gendarmes ne nous ont pas prévenu.
Il est allé chez lui. Ma mère et ma soeu y sont allées. Ma cousine voulait les rejoindre pour s'expliquer avec mon père car il l'a agressée elle aussi. Mais elle n'a pas pu rentrer.

Il est sous contrôle judiciaire avec interdiction de rentrer en contact avec moi et avec ma cousine.

Ma mère lui a demandé de partir. Il a refusé. Il a dit qu'il voulait prendre une douche, dormir et aller travailler le lendemain!!! Finalement il a cédé grâce a ma sœur. Il a fait 2 valises et est allé s'installer a l'hôtel.

Le plus gros est passé. Le magistrat a demandé plusieurs commissions rogatoires pour mener d'autres investigations. Ça va durer 18 mois.

Je pensais qu'après ça je serai un peu plus sereine mais je n'ai pas réussi a dormir cette nuit. De nombreuses émotions se mélangent. Je me sens coupable de lui faire vivre ça même si j'ai conscience qu'il me mérite.

Et puis j'ai appris beaucoup de choses... Les langues commencent a se délier. Ma grand mère de son vivant (elle est morte il y a 18ans ) avait visiblement vu quelques choses et elle s'était confiée. Mais personne ne l'a entendue... Je crois que je vais apprendre de nombreuses choses et ça me fait peur.

J'ai aussi appris que dans la famille de mon père , il avait un oncle soupçonné de pédophilie, ainsi que son fils. Il y a également un mari d'une de ses cousines germaines qui a été mis en examen pour inceste et pédophilie !!! Bonjour la famille malsaine...

De nombreuses pensées m'encahissent et ma tête va exposer. J'aimerai tellement pouvoir me reposer un peu, récupérer de tout ça.

Ma mère nie toujours avoir vu quelque chose. Elle a l'air sincère mais je lui en veux beaucoup. Je lui ai dit qu'on laisserai passer un peux de temps, que je n'étais pas capable de l'accompagner dans sa séparation, qu'elle ne devait pas oublier que la victime c'est moi et pas elle, et qu'on en reparlerai plus tard car j'avais encore beaucoup de questions. Et que je lui en voulais de ne pas m'avoir protégée.

Comme mon grand père nous a dit a tous hier: le soleil se lève tous les jours et chaque jour est nouveau. C'est un sage  :-)





La confrontation x4  porter plainte dawn le 10-09-2013 08:37:00  


Avant tout merci a tous pour votre soutien. J'en avais vraiment besoin.

17h00 les gendarmes m'appellent pour me dire que le magistrat a demandé une confrontation.
Je prépare quelques affaires et je me rends a la gendarmerie du lieu d'habitation de mes parents a 70 km de chez moi.
Ma sœur me rejoint et on arrive ensemble a la gendarmerie. Les 2 gendarmes qui sont sur l'affaire nous reçoivent dans un bureau et nous expliquent comment ça va se passer. Je ne dois répondre qu'aux questions du gendarme et je ne dois pas m'adresser a mon père. Mais j'ai me droit de le regarder. Les gendarmes m'expliquent que je dois me préparer a ce que les réponses de mon père ne soient pas celles que j'attends. Ils me disent qu'il ne fait aucun sentiment et que sa formation de militaire est bien présente dans son comportement. L'entretien va être filmé.

Ma sœur sort de la pièce et mon père arrive.
Il est dans un sale état physiquement.
Il me regarde avec son regard séducteur comme il l'a déjà fait comme pour essayer de me manipuler... Encore.

Les questions son très précises. Il s'agit de mes déclarations qu'on me demande de confirmer. Je confirme et a chacune de mes confirmations je le regarde dans les yeux pour voir si a un moment il va lâcher. Je me remplie de force a chacune des questions et plus je le regarde moins j'ai peur de lui. Lui me lance des regards a chaque affirmation du genre "mais tu es dingue, fille indigne!!" Un regard d'un père qui engueule sa fille. Mais ça ne marche pas, je le regarde de plus en plus et la colère monte.
Il reste droit, pas de sentiments et répond toujours par la même phrase. " je ne reconnais pas ces faits"

A la fin j'ai essayé de le faire craquer. Je lui ai dit que tout le monde me croyait et que de toutes façons ça servait a rien de continuer de mentir. Il m'a dit" quand même tu te rends compte que tu viens de gâcher la vie de ta mère et moi? " et aussi " je vois que tu as monté tout le monde contre moi, ou est ce que je vais aller en sortant?"

Mon hypnotherapeute m'avait conseillé de lui dire que face a la mort il sera face a lui même et qu'il ne pourra plus mentir. Ce que j'ai fait. Il m'a répondu: j'ai déjà failli mourrir il y a 6 ans alors...

Et voilà après ça il a demandé a voir ma sœur et le gendarme lui a dit qu'elle voulait pas. Et il est retourné en cellule en en partant il s'est retourné et m'a dit " bonsoir quand même"

Voilà c'est passé. Maintenant j'attends de savoir. Il est présenté au tribunal auj. Les gendarmes préconisent une remise en liberté sous contrôle judiciaire avec enquête complémentaire et perquisition.

Je suis sortie épuisée. Mais j'ai quand même trouvé la force d'aller affronter ma famille.
Je suis donc allée a la maison de mes parents.
Ma mère m'a accueilli effondrée. Elle m'a dit qu'elle n'a jamais rien vu et qu'elle est désolée. Je suis restée de marbre. Je n'arrive plus a avoir de compassion pour elle.
Après j'ai parlé a mon grand père. C'est un roc. Il m'a dit "tu es forte, on va surmonter ça ensemble. Je croyais que j'allais partir (il a eu des soucis de santé dernièrement, il a 88 ans), mais c'est pas le moment, on va se battre ensemble...

J'ai aussi appris que ma grand mère a vu. Elle en a parlé a mon grand père mais ne lui a pas dit quoi. Va falloir que j'explore ça pcq la période a laquelle elle aurait vu qqch ne correspond pas a mes souvenirs... C'était bien avant...

Voilà, ce matin je me lève fatiguée mais soulagée. Mais je reste en sursis de sa libération. La peur qu'il mette ses menaces a exécution me tient au ventre. Je sursaute au moindre bruit. Je ne sais pas de quoi il est capable... Il est reste tellement froid et maître de lui pendant la confrontation!

Je vous donnerai des nouvelles en fin de journée quand je saurai ce qu'ils font de lui. En attendant je vais aller prendre le petit dej avec ma mère ma sœur, ma cousine et mon grand père et je vais rentrer chez moi pour essayer de me reposer un peu. Je reprends le travail demain.





la fourmis se fais ecraser ,  mes émotions Helene le 03-08-2013 10:12:00  


Il parait que les fourmis, ils ressentent tout ce que leurs confrères fourmis ressentent. Si l'une d'elle a soif, les autres autour ressentent du coup un besoin impérieux de désalterer cette fourmi, autrement elles se ne sentent pas bien. Ainsi toute la colonie de fourmi veille au bien être de chaque fourmi, sinon elle ne se sent pas bien.

L'humain, non, une personne peut gémir mille morts dans son coin (ou être malade, ou être mort de faim, de froid, de peur etc...), et les autres peuvent toujours faire la fête, danser, rire autour, sans prendre du tout conscience du besoin d'être aimé, consolé. Rien de tout cela...
Bizarrement en parlant de ça, j'ai comme une sorte de tilt déclic : je comprends subitement les images de bouddhisme-hindousime, où il y a un ou des personnes qui dansent, joyeux, au dessus des os des humains morts. Quelque chose de glauque, violent, injuste. Mais c'est cela l'humanité, un constat, une réalité, quoi...





Dur et vrai... x1 Helene le 24-07-2013 13:35:00  


Je l'ai trouvé très vrai, très claire.
Eh oui, je vais chaque jour, à tous les instants dès que je ne suis plus chez moi, la peur d'être agressée / violée.
Par exemple, j'évite de porter des jupes de peurs que ça provoque les hommes (en réalité, c'est aux hommes de gérer leurs pulsions sexuels, mais je n'arrive pas à ne plus me sentir "responsable" si les hommes bandent ou fantasment), j'évite de me retrouver seule avec des hommes, j'évite des passages souterrains mal fréquentés (passage sous les trains, métro...)et parking en immeuble ou souterrain. J'évite des quartiers de mauvaises réputations quand je dois aller en ville...
Bref, à vrai dire, tous ces peurs...Pas étonnant que je parvienne simplement pas à vivre en social, que je préfère de très loin m'enfermer chez moi !
Je pense que déjà, en France, la justice est généralement trop bon, trop clément, envers des violeurs ou des tueurs, préférant être durs envers des voleurs de bien matériels, ce qui ne tranquillse pas du tout ma peur d'être agressée / violée. Parce que si je suis violée, comment pourrais je porter plainte sachant que le violeur n'écopera que soit pas de procès du tout, soit une petite peine de rien du tout ? et si je tuais le violeur en tant que légitime défense , déjà faudraot avoir du cran pour le tuer, mais après, c'est moi qui irais en prison pour crime. Non, vraiment, je ne sens pas du tout que la France soit "adulte", c'est à dire, elle est encore trop macho, rétrograde, patriarcale...en termes lois, compréhension de la part du public etc..
Donc, bref, oui, je continue d'avoir peur, d'éviter des situiations...
Tiens, récemment aller à la piscine, j'avais une peur au ventre qu'un mec m'aborde, me drague, comme ça m'est arrivée quand j'étais jeune...une peur terrible...Dieu merci, ça s'est bien passée...Mais c'est vrai, du de vivre en tant que Femme, avec un grand F, c'est à dire, libre, sans craintes, libre d'être, de porter des jupes, de se sentir jolie, féminine, de ne plus avoir à fuir le regard des hommes qui se fait trop lourdingue...Mais, ça, est ce seulement possible ? M'en fiche, je crois au Paradis après la mort, et là bas, je serais enfin complètement libre. La vie sur Terre, c'est juste soit une espèce d'enfer, soit une attente d'être liberée de ce monde de fous...  :-[  :-[  :-[  :-[  :-[





vivent les flics qui traquent les pov'mateurs de vidéos sur x1 Mickaëlle le 13-03-2013 14:52:00  


http://forum.doctissimo.fr/famille/Pedophilie/condamnation-telechargt-pedophile-sujet_616_1.htm

BIEN FAIT.

 :*:  :*:  :*:  :*:  :*:  :*:  :*:  :*:  :*:  :*:  :*:

VIVE LA LOI ET MORT AU SILENCE QUI PUE.






Zoé, Didou et autres les fifilles... x2  la justice Cendrillon le 11-01-2013 20:53:00  


Aujourd'hui, j'ai assité à un cours très très intéressant sur l'Autorité Parentale (avec une formatrice de droit que j'aime biocoup  :-) ).

Nous avons abordé des sujets qui nous interpellent quasiment toutes :
- l'obligation alimentaire (le fait de devoir subvenir aux besoins financiers, alimentaires de nos "parents" s'ils n'ont plus la possibilité de le faire !)
- le droit de l'enfant et de ses grands-parents à entretenir des liens
- le mandat de protection future (que je vous explique de suite)

Zoé, j'ai fortement pensé à toi, aux peurs, aux appréhensions que tu as pu exposer ici et j'ai posé les questions pour toi. Je pense Didou que tu étais dans les mêmes interrogations. D'ailleurs nous pouvons être toutes concernées, ou presque...

Alors...

- Zoé : Tu écrivais plus tôt (reprends-moi si je me trompe) que tu avais demandé à ta psy de te faire une attestation de façon à ce que ton père n'ait pas de droit de résidence (visite + hébergement) vis-à-vis de ta louloutte.
Alors dans les faits, c'est un DROIT dont dispose ton père ainsi que Chiara (quand elle sera + grande). Même de ton vivant ! Seuls des motifs graves peuvent faire obstacles à ce droit.
J'ai donc demandé si ces motifs graves devaient avoir été jugés ou prouvés. Et en effet, pour qu'il y ait motifs graves (les abus sexuels par exemple), il faut qu'il y ait eu une reconnaissance de la justice. Sinon (me disait-elle) comment le juge peut-il rendre une décision sur uniquement des accusations...

Et là, ça nous concerne toutes, il faut avoir le plus de justificatifs possibles (lettre d'une voisine qui dit qu'elle voyait, qu'elle savait, qui évoque des faits... ; lettre d'un médecin de l'époque qui avait remarqué telle ou telle chose... ; lettre d'une amie de l'époque...).
J'ai aussi questionné par rapport à un justificatif d'un psy. En principe, le juge n'en tient pas compte. MAIS, tu peux toujours le lui demander parce qu'un juge ne fait pas l'autre. Ils bossent beaucoup avec leur instinct alors...

- Le droit alimentaire... Beau poison !
Etre dans l'obligation de subvenir aux besoins d'un parent qui a été maltraitant !  :-&
NOUS AVONS TOUTES CETTE OBLIGATION !!! Et si nous ne pouvons y subvenir (pour raisons financières), c'est à nos enfants de payer pour leurs grands-parents !!  :-&
Mais... Si vous avez été placée deux ans avant votre 12ème anniversaire, vous n'avez plus cette obligation, vos enfants non plus !
Et c'est alors important de receuillir le + de justificatifs relevant les maltraitances, parce que peut-être qu'ils vous permettront de ne pas payer cette satanée obligation alimentaire (si vous tombez sur un juge humain ++).

- Le mandat de protection future, c'est un droit datant de 2009. Il s'agit de charger (de notre vivant), par un mandat, une personne (ou plusieurs) de nous représenter au cas où nous ne pourrions plus le faire nous-mêmes.
J'explique... Zoé, Didou... Si vous deviez disparaître, il y aurait votre conjoint pour s'occuper des p'tits loups. Mais (parce que c'est important de le prévoir) si vous disparaissiez tous les deux, votre enfant pourrait aller dans votre famille (chez votre père/mère par exemple).
Si vous faites un mandat de protection future, vous pouvez choisir la personne, le couple à qui vous voulez confier l'éducation, l'affectivité et la protection de biens de votre enfant.
Par exemple, si nous devions décéder, je ne voudrias pas que mon fils aille chez ma mère (elle est morte  :-D ). C'est pourquoi, j'aurais rempli de mon vivant (c'est mieux ^^) un mandat pour confier mon fils à telle amie.
Il y a deux possibilités pour faire ce mandat :
* soit chez un notaire (acte notarié donc payant)
* soit VOUS et VOTRE CONJOINT écrivez chacun un courrier (c'est impératif que vous le fassiez l'un ET l'autre) (c'est un courrier type) stipulant que vous confier l'éducation, l'affectivité et la protection des biens à telle personne. Et vous donnez le même courrier à cette personne.
En cas de décès, le juge se réfèrera à vos courriers (votre choix prime sur celui des grands-parents).

Bon j'espère que j'ai été claire dans mes propos...  c:-)  c:-)

 :-x  :-x  :-*  :-*





citation x1 léna le 15-12-2012 20:05:00  


"La solitude et une tempete de silence qui arraches toutes nos branches mortes"

De Khalil Gibran.





suite action réaction RUFO x2 Arianne le 14-12-2012 22:42:00  


AF
(adresse)

A Monsieur le président du Conseil National de l’Ordre des Médecins,
Dr. Michel LEGMANN

A Messieurs les Présidents de Section

Ethique et Déontologie : Dr. Piernick CRESSARD
Exercice Professionnel : Dr. André DESEUR
Formation et compétences médicales : Dr. Robert NICODEME
Santé Publique : Dr. Patrick ROMESTAING


Messieurs,

Je soussignée,

reconnue en 2007 au nom du Peuple Français comme victime des actes délictueux du sieur GUIGNARD Erik, ....
Docteur en Psychologie (Université Paris V),
Ecoutante de victimes de pédocriminalité

vous prie de bien vouloir considérer les éléments suivants.

LES FAITS

Le Dr Rufo répond sur France 5 à une série de questions formulées par les spectateurs sur leurs problèmes familiaux.
Lors de l'émission du 3 décembre 2012 une femme a appelé pour une affaire grave. Il s'agissait d'une mère dont la fille de 28 ans était hospitalisée, et affirmait qu'elle avait subi des sévices sexuels dans l'enfance. Le Dr Rufo sans guère plus d'informations a répondu à la mère que cette jeune fille avait une perception "délirante" du monde puisque la "L'immense majorité des enfants abusés vont bien".
http://www.youtube.com/watch?v=WmzZMYUC2nc

voir Annexe

MES CONSTATATIONS

Il est évident que de tels propos :
-1/ ne s'appuient sur aucune des recherches scientifiques actuelles, et ignorent tout des conséquences dramatiques des sévices sexuels sur la santé des victimes ,
-2/ vont à l'encontre du respect de la personne hospitalisée dont on parle dans l’émission, et de toutes les victimes de sévices sexuels, en particulier sur mineurs.
-3/ vont à l'encontre du code de déontologie des médecins,

1.1 Je copie ici un extrait d'un article du Docteur Muriel Salmona qui prouve les erreurs scientifiques caractérisées du discours du Dr Rufo : http://memoiretraumatique.org/qui-sommes-nous/campagnes.html

« Or les violences subies pendant l'enfance quand elles ne sont pas prises en charge sont un des déterminants majeurs de la santé et du bien-être d'une population : une étude américaine récente sur 17 000 personnes montre, 50 ans après des violences et des négligences subies pendant l'enfance, une augmentation considérable et proportionnelle (au nombre de violences et de négligences différentes subies, score allant de 0 à 8), de morts précoces, de pathologies organiques (infarctus du myocarde, hypertension, diabète, obésité, affections broncho-pulmonaires, maladies sexuellement transmissibles, fractures, hépatites), de pathologies psychiques (états de stress post traumatique, suicides, dépression, angoisses, attaques de panique, troubles de la personnalité, insomnie, troubles de la mémoire et de la concentration), de conduites addictives (tabac, alcool, drogues), de troubles de l'alimentation, de conduites sexuelles à risque, de violences à nouveau subies et de violences commises, de désinsertion sociale
(Felitti VJ, ACE Study, The Relationship of adverse childhood experiences to adult health status, 2010).
Ces conséquences à long terme sont dues à des troubles psychotraumatiques chroniques qui s'installent quand les victimes de violences ne sont ni identifiées, ni prises en charge, ni protégées, ni soignées. Abandonnées seules avec une grande souffrance et un sentiment d'insécurité permanent elles devront survivre en mettant en place des stratégies d'auto-traitement. Ces stratégies de survie auront de lourdes conséquences sur leur santé, et de plus seront un facteur d'exclusion et de pauvreté, et un facteur de risque d'être à nouveau victime de violence ou de reproduire des violences. »
1.2 Une autre étude montre que :
« La revue de la littérature permet de dire que 20 à 44% des victimes d’abus sexuels dans l’enfance ne présentent pas de signes d’un devenir négatif (Dufour et al 2000 Dufour MH, Nadeau L, Bertrand K. Resilience factors in the victims of sexual abuse : state of affairs. Child Abuse Negl 2000 ; 24 : 781-97.) donc c’est une minorité puisque de 56 à 80% des victimes ont besoin d’être soignées.

-2.1 Pour la personne dont le Dr Rufo a parlé :
Sachant également que la guérison d'une victime de sévices sexuels sera considérablement influencée par l'écoute et la validation de ce qu'elle a vécu, par une thérapie adéquate, par la protection de sa personne, et par la bienveillance de son entourage, que peut-il advenir avec un tel mépris de la réalité et des souffrances endurées ?
-2.2 Pour la population qui a visionné l’émission :
Sachant que la population française souffre déjà d'un retard considérable par rapport à bien d'autres pays occidentaux sur les violences sexuelles (leur réalité, leur étendue et leurs conséquences sur les individus et sur la population), que peut-il advenir avec un tel déni médiatique ? Ces propos auront des répercussions graves sur les téléspectateurs en manque d'informations.







encore douloureux x1 alice le 13-07-2012 13:40:00  


C'est encore tès douloureux ce matin , ce manque d'amour pour ma mère ...

je ne comprenais pas pourquoi jusqu'à présent je jalousais les enfants qui disent ces "maman " avec une bouche ronde .
Je ne comprenais pas comment , adulte , on pouvait encore utiliser ce mot " maman "

De l'amour , j'ai su en trouver autrepart que chez mes parents .des substituts ont tenu leur rôle .
Mais cet amour que je n'ai pas éprouvé , cela crée un vide en moi .
Il y a un manque , que je n'ai jamais réussi à combler même en portant de l'amour à d'autres personnes , que ce soit mon homme , mes enfants , mes petits-enfants, des personnes autres que j'aime...

Cet amour que j'aurais dû ressentir , j'aimerais bien le connaître mais c'est trop tard , elle est morte .
Il n'y a plus aucun espoir .

Peut-on apprendre à aimer une personnes qui est morte et qui n'a pas demandé le pardon pour toutes les horreurs commises ?

Peut-être trouverai-je chez un de mes " petits vieux " cet amour à donner...mais ce ne serait pas bon , ni pour eux , ni pour moi .

vide , je me sens vide aujourd'hui ...

alice



encore douloureux x1 alice le 13-07-2012 14:15:00  


J'ai retrouvé beaucou de souvenirs au court de ces années d'analyse .
et tous les souvenirs heureux qui concernent ma mère se cantonnent aux premiers mois de ma vie , alors que j'étais petit bébé au sein .
Oui, je me souviens de la chaleur de son sein , du réconfort lors des tétée, du contact chaud contre son corps alors qu'il faisait si froid dans cette maison .

je me souviens du plaisir que j'éprouvais lors des changes de couches , du gant de toilette chaud qu'elle passait contre mes fesses.

Mais tout le reste n'est que méfiance .Tout le reste est danger .Tout le reste est : se méfier d'elle .

Sa façon de m'aimer était bien me mettre pour les rares sorties qu'on faisait .telle une poupée qu'on coiffe , qu'on pare .
mais alors , ses gestes étaient sans amour .
La brosse à cheveux devenait un engin de tortures entre ses mains sur ma chevelure que j'avais jusqu'au fesses .
Les chaussures devenaient des brodequins lacés à mort à tel point que mes pieds s'engourdissaient et me faisaient terriblement souffir

Et puis , il y avait son sourire lorsqu'elle me torturait , lorsqu'elle me recousait .
Ce sourire faux , ce rictus qui voulait me faire croire qu'elle s'occupait bien de moi .

Non, tous les enfants n'aiment pas leur bourreau ...

alice






Nouveau message

retour