Témoignage
ATTENTION... discussion à visibilité publique



Témoignages publics

Cette espace est dédié aux témoignages qui seront publics



du chemin parcouru x2 dawn le 06-06-2013 10:19:00  


Au mois de décembre, après avoir lu un bouquin sur la créativité, j'ai rédigé une lettre à mon père. C'était la 1ère fois que je posais des mots sur tout ce qu'il y avait dans ma tête depuis plus de 20 ans. J'ai grandi avec ces flashs et malgré j'ai réussi à construire une vie stable en apparence, hormis le fait qu'à 35 ans, je n'ai toujours pas de compagnon ni d'enfants comme la plupart des gens de mon âge. Les gens de ma famille ont toujours mis ça sur le dos de mon "mauvais caractère"...

Il y a 6 ans, j'ai poussé la porte d'une psychiatre et je lui ai tout de suite raconté mon histoire. Apres cela, j'ai passé des années à tourner autour du pot en apprenant à m'analyser mais sans avoir le courage d'affronter LE sujet. 6 années de descentes aux enfers: j'ai sabordé mon boulot, ma vie sentimentale et matérielle pour me retrouver comme étant une vrai loque au mois de décembre.

C'est là que j'ai écris une lettre à mon père. Pour la première fois je mettais des mots et je couchais sur papier les films et les flashs que j'avais dans la tête depuis plus de 20 ans. Ces images qui faisaient parties de moi. J'ai grandi avec elle mais je me suis séparée de toutes les émotions qui d'y rattachais et pendant longtemps j'ai été considérée comme une personne forte...tu parles! derrière le roc, il y avait la petite fille apeurée que je ne laissais pas vivre car elle était trop faible.

Cette lettre a été un déclencheur. Dans la foulée j'ai contacté le planning familial pour intégrer un groupe de parole. La seule chose que j'y ai trouvé c'est une assistante sociale qui m'a culpabilisée car si je ne portais pas plainte je me rendais complice s'il avait agressé d'autres personnes....quelle incompétence...suite à cet entretien je suis restée prostrée 3 jours dans mon lit avec les première résurgences du passé et cette culpabilité transmise par cette femme qui m'a bousculée à un moment ou il fallait juste m'écouter et me faire comprendre que j'étais une victime.

Car c'était là ma première étape...prendre conscience que ces flashs étaient réels et pas des inventions de mon esprit et intégrer la notion de victime.

J'ai continué ce chemin et j'ai parlé avec tous mes amis proches qui m'ont tous entendue, écoutée et soutenue. Sans eux je ne serais plus là aujourd'hui...je suis venu m'inscrire sur ce forum également. Toutes ces étapes en quelques jours seulement.

Puis il y a eu noël et mon envie, mon besoin alors de crier à tout le monde ce qui m'étais arrivé.
Mes amis m'ont déconseillé de le faire à ce moment là car j'étais très fragile et ils pensaient que je ne m'en remettrais pas. Ils avaient raison. il fallait d'abord que je reprenne des forces.
J'ai joué la comédie et fait comme si de rien n'était pendant la traditionnelle réunion de famille.

Puis les jours ont passé, je me suis un peu remise physiquement et j'ai enchainé les rdv médicaux. Psychiatre 1 fois par semaine, j'ai découvert la musicologie (1 fois par semaine), j'ai commencé également une thérapie avec une psy qui fait de l'hypnose eryksonienne 1 fois par mois. Mon corps et mon esprit étaient vraiment dans un salle état. je pleurais tout le temps. Toutes les larmes que j'ai retenue pendant plus de 20 ans sont ressorties d'un coup. Toutes les émotions enfouies sont également réapparues. c'était le tsunami émotionnel.

Puis un soir, j'ai parlé à ma sœur. J'ai toujours pensé qu'elle me tournerait le dos. Qu'elle ne me croirait pas, et j'avais peur de la perdre. Elle a 9 ans de moins que moi et je suis partie de la maison à 15 ans pour fuir mon bourreau en l'abandonnant...on a jamais été très proches, la faute à mes parents, qui, je ne le réalise que maintenant, ont tout fait pour nous monter l'une contre l'autre...pour mieux nous faire taire je pense.

Je lui ai parlé et elle n'a pas eu l'ai étonnée. Elle m'a dit "je comprends mieux maintenant...je serai là à tes côté dans cette épreuve, il doit payer..." je ne m'attendais pas à cette réaction. Je pensais me retrouver seule et sans soutien et me voilà avec ma sœur à mes côtés...












du chemin parcouru x1 dawn le 06-06-2013 10:20:00  


Puis j'ai décidé de parler à ma cousine. Elle a 3 ans de plus que moi et a toujours eu un rôle de grande sœur pour moi ma petite sœur étant arrivée tardivement.
Et là surprise, elle me dit que mon père a essayé avec elle...qu'elle attendait que je lui en parle pour se confier aussi...

Ce jour-là j'ai eu un électrochoc. Ça voulait dire que tout ce qui était dans ma tête était réel et surtout que je n'étais pas la seule...j'ai toujours pensé que j'étais la seule, que j'en étais responsable et qu'au fond ce n'était pas "si" grave. Le fait de savoir qu'il a essayé avec une autre ne faisant pas parti de la cellule familiale m'a ouvert les yeux. IL est dangereux, il faut l'arrêter. Il travaille avec des enfants handicapés. C'est un monstre, un pédophile qui peut s'en prendre à n'importe qui.

Ma sœur ne se souvient de rien, elle ne pense pas avoir été abusée mais son carnet de santé fait état d'une fissure anale à l'âge de 4 ans pour laquelle elle a été hospitalisée...ma mère nous a toujours dit que les hospitalisations de ma sœur étaient dues à mon départ quand j'avais 15 ans (merci de me faire porter le chapeau maman...). Sauf qu'à cette époque ou ma sœur a été hospitalisée j'étais encore à la maison.

Bref tout ça pour dire que toutes ces discussion m'ont ouvert les yeux sur mon père....mais aussi sur ma mère que j'ai toujours protégée et pour laquelle je me refusais à parler car elle était trop fragile...aujourd'hui je ne sais plus qui elle est et je crois qu'elle aussi m'a beaucoup manipulée.

Tous ces éléments m'ont décidée à porter plainte. Ce que j'ai fait il y a une semaine.

Je n'imaginais vraiment pas être capable de cela.

Évidemment, la plainte n'est pas une solution universelle. Pour ma part je le fais pour éviter qu'il ne s'en prenne à d'autres, car j'ai encore le réflexe de penser que ce qu'il m'a fait à moi n'est pas si grave...peut-être que la procédure m'aidera à l'accepter.

Depuis j'attends que mes parents soient convoqués. Mon inconscient me fait revivre mes nuits d'enfants toutes les nuits, mais malgré la peur et la souffrance que ça provoque, je me sens soulagée d'avoir posé mon secret.




du chemin parcouru laurette le 10-06-2013 09:40:00  


Bravo pour ton parcours. Tu as bien fais! Tu as fais le plus dur, tu vas y arriver. J'espère que ta plainte aboutira.
Tu as tout mon soutiens  :-x  :-x  :-x







retour

retour au forum