voir forums

voir contacts

Gérer mes contacts

Gérer mon profil

      Le site
Pseudo :
mot de passe :

Parole en marche
l'automutilation
ATTENTION... discussion à visibilité publique



Pour vous, femmes, hommes, qui avez été victimes d'inceste, la première parole est toujours difficile...

Vous avez votre place sur ce forum.




l'automutilation est elle une addiction?  l'automutilation bernard (modérateur) le 29-11-2014 21:10:00  


Je reviens d'un colloque et l'un des intervenants nous a parlé de l'expérience d'Olds & Milner (1954) prouvant un cycle du plaisir (chez le rat). Le rat appuyant sur une pédale activait une électrode dans le cerveau (au bon endroit), le rat se procurant du plaisir, ceci pouvant le conduire à un épuisement total pouvant le faire mourir... C'est ce que l'on pourrait appeler une addiction mortelle.

Ce cycle n'est pas encore compris scientifiquement, mais c'est plutôt un constat.
Ce cycle appelé "mécanisme de récompense" existe également pour la souffrance (dans le plaisir du marathonien par ex).

Des études sur les drogues et l'addiction aux drogues démontrent l'existence de mécanismes similaires mais sur des zones cérébrales légèrement différentes.

Depuis il a été mis en évidence que l'absence testostérone (voire peut être d’oestrogène ??) bloquait ce "mécanisme de récompense", et l'on peut faire le rapprochement avec la libido. (ce qui va dans le sens que la prise de la pilule chez la femme réduit la libido, réduisant la sécrétion d'oestrogènes et de testostérone, mais sujet très mal étudié scientifiquement et mal vu car cela va à l'encontre de la pilule contraceptive...).

Ma question est liée à l'automutilation : d'après votre expérience personnelle peut-on ou non lier les "pulsions" d'automutilation au cycle menstruel de la femme. La prise de pilule par votre expérience peut-elle jouer un rôle dans ces pulsions? Certaines ici ayant parlé de "besoins" et de libération après s'être mutilée.

Cette question n'est pas facile, je ne voudrais pas réduire nos envies sexuelles à juste un problème hormonale, même si l'on sait que ces hormones sont importantes dans le ressenti du plaisir, et de la libido. Si cette question soulève une souffrance pour vous, n'hésitez pas à le dire.

 :-*  :-*  :-*

bernard



Bernard  l'automutilation bernard (modérateur) le 30-11-2014 12:11:00  


merci mad,

Les processus "chimique" sont compliqués, et le soulagement ou le contrôle que tu expliques sont déjà des informations intéressante et vont bien dans le sens qu'un système hormonale est en action.

Il y a des comparaisons possible avec les souffrances du marathonien comme je le citais plus haut, ou avec l'effet du manque qu'exprime les drogués.

Je pense que ce type de témoignage peut aider les psychiatre à comprendre et peut être qu'un jour la science trouvera une molécule pour soulager ce besoin de mutilation.

 :-*  :-*  :-*
Bernard





... x4  l'automutilation Cendrillon le 13-01-2013 21:16:00  


Aucun problème, ne t'inquiétes surtout pas... Si je peux t'aider...

Oui, j'ai cessé toutes scarifications depuis environ 9ans. Aujourd'hui, j'ai 33ans... Ca a donc duré quelques années...

Je m'en suis prise à mes bras (des épaules jusqu'aux doigts) dès que j'ai commencé à parler, j'avais 18ans. A l'époque, j'étais hospitalisée en psychiatrie pour m'être jetée sous une voiture.

Je ne me suis attaquée "qu'à mes bras" de peur qu'on me déshabille pour me faire des soins... Ils ont donc bien "morflé"...

Mes passages aux urgences ?... Bah j'y suis tellement allée... Mes bras ont envoron 25-30 points de sutures chacun... Une fois, les tendons étaient à deux doigts d'être touchés...

Mais ça ne m'a pas fait peur... Je crois que plus on m'expliquait les dangers des scarifications, plus on me soutenait et plus j'utilisais les lames de rasoir ! Quelques fois je ne rentrais dans les hypermarchés que pour m'en acheter !

Non pas que je prenais plaisir à m'ouvrir, non, du tout. Mais lorsque la souffrance psychique était trop forte, lorsque la culpabilité et la honte étaient trop présentes, je devais/voulais me punir, mettre des maux à la place des mots !

Au début, et pendant quelques années, je me suis comportée ainsi pour ces raisons.
Puis, quand on arrive (comme c'était mon cas) aux urgences ou dans le bureau des infirmiers, les bras en sang +++ et que l'on voit qu'ils sont peinés, horrifiés (parce qu'ils ne sont pas tous préparés -à l'époque- à voir gérer, voir cela), on sent que quelqu'un fait attention à nous, que l'on compte pour quelqu'un, que l'on existe enfin...

Alors, quand je me suis rendue compte qu'en ne parlant pas l'équipe soignante n'était pas présente mais qu'elle l'était lorsque je posais de tels actes...

Dès que j'étais au plus mal, je me scarifiais ! C'était, pour moi, la façon que j'avais trouvée pour communiquer, pour dire que j'étais mal, dire que j'avais besoin que l'on m'entoure...

Un jour, alors que j'étais hospitalisée pour une énième TS, un infirmier (un connard sans aucune psychologie :-D ) m'a dit : "Dès que l'on te propose quelque chose de positif, dès que l'on te dit que tu avances, tu fous tout en l'air !"...

C'est un con, je ne lui enlève pas cette qualité  :-D , mais il n'empêche que depuis ce jour, ma tête a beaucoup réfléchi...
Et en effet, quelques temps plus tard, je me suis rendue compte que je m'étais enfermée dans un statut de victime ! Si si, il existe, on y passe toutes, à plus ou moins long terme !

J'avais tellement eu de mal à parler, peur de ne pas être cru, tellement de mal à accepté les choses que lorsqu'on m'a dit que j'étais une VICTIME, je me suis engouffrée dans ce statut que je n'ai plus voulue quitter, parce que quelques fois TRES CONFORTABLE !

Le jour où j'ai compris cela, c'est le jour où j'ai cessé de me faire du mal, cessé toutes scarifications et TS...

Aujourd'hui je vis avec mes bras (tant mieux pour moi  :-D ). Ils sont très marqués mais cela ne me gênent pas. Ils font partie de ma vie, de celle que j'ai été. Mais ils sont aussi la preuve que l'on s'en sort !

Je ne les montre pas lors des oraux de formation, lors des entretiens d'embauche mais sinon, être en tee-shirt ne me pose aucun problème.
Et aux ados qui me posent des questions (et qui souvent peuvent vouloir s'identifier), je leur réponds seulement "j'ai eu un passé difficile mais vous voyez, cela n'empêche pas de s'en sortir"...


 :-x  :-x



...  l'automutilation Opale le 13-01-2013 21:39:00  


Je trouve ton témoignage superbe et plein d'espoir miss Normandie  :-*  :-x



cendrillon... x1  l'automutilation bernard (modérateur) le 14-01-2013 20:28:00  


merci d'avoir fait ce témoignage... très très fort!

il pourra en aider plus d'un(e)!

Bernard






Nouveau message

retour