En mémoire des victimes des attentats du 13 novembre 2015

voir forums

voir contacts

Gérer mes contacts

Gérer mon profil

      Le site
Pseudo :
mot de passe :

Parole en marche
thérapie
ATTENTION... discussion à visibilité publique



Pour vous, femmes, hommes, qui avez été victimes d'inceste, la première parole est toujours difficile...

Vous avez votre place sur ce forum.




Quelques nouvelles et expérimentation d'une nouvelle thérapi x3 dawn le 17-08-2016 20:49:00  


Bonjour!
Ça fait un moment que je ne suis pas venue vous faire un petit coucou...
Ces derniers mois ont été très occupés par le lancement de mon entreprise, et ca a été très très difficile. Je me suis retrouvée dans de grandes difficultés financières. Du coup j'ai du déménager et je vais aller vivre en coloc avec une copine qui divorce.
Elle m'a proposé cela en me disant que je ne serai pas seule lorsque le procès arrivera.
J'ai eu la confirmation de la mise en accusation de mon père devant la cours d'assises en novembre dernier et depuis j'attends une date. J'essaie de ne pas trop y penser mais ce n'est pas simple.
Je voulais aussi partager avec vous une nouvelle tentative de thérapie car je suis arrivée au bout de tout ce que j'ai pu essayer jusque là, je n'avance plus. J'ai fait une séance d'emdr avec une nouvelle psy et ça a réveillé beaucoup de choses...terreurs nocturnes, pertes de contrôle et grosses angoisses. Du coup lors de la 2eme séance elle m'a proposé de faire du brainmorphing. je vous invite à faire une recherche sur internet pour savoir ce que c'est car j'ai eu des réactions incroyables pendant la séance. Nous n'avons pas parlé, j'ai simplement regardé le bout d'une baguette pendant 1h et mon corps a réagi de manière assez violente: j'ai eu des spasmes et des mouvements complètement incontrôlables. D'après ma psy c'est la mémoire du corps qui s'exprime et effectivement ce sont les zones ou j'ai été agressée qui se sont manifestées, j'étais bluffée! En sortant j'ai eu l'impression que mon corps était passé sous un camion. Je ne sais pas quels seront les effets à long terme mais j'espère que ça va me faire avancer.
Voilà je voulais partager cette expérience avec vous, j'espère que vous êtes en forme. Je pense souvent à vous et à Pascale aussi...
Je vous envoie plein de belles pensées





Rapport étude sur les violences sexuelles et leurs impacts plumetie le 02-03-2015 19:51:00  


merci Dawn de mettre se lien très important pour toutes les victimes de violences sexuelles ..C'est une belle reconnaissance pour nous ,qu'une études vraiment complète soit faite .
il faut que le monde sache l'impact que cela a sur nous et sur nos vies ,afin que les mentalité change et que nos voix soient enfin entendus pour que de réelle prise en charge soit mis en place des le début de tous abus quel qu’il soit ..entre autres .

stop au déni .
la parole est essentielle pour sortir de se déni ..et avancer .
Désamorcer" le traumatisme pour que se ne soit plus une mémoire traumatique mais ,comme le dit Muriel Salmona ,mais devienne une mémoire auto- biographique .
c'est toute la différence dans se long travail de thérapie ..











la marche dans les côtes x1 alice le 06-07-2014 09:51:00  



Depuis tjrs j'ai eu mal à monter les côtes .
non pas que je sois une mauvaise marcheuse !

mais c'était , mine de rien , une séquelle du passé .
Dès qu'il y avait une côte , même pas très raide , je soufflais comme un boeuf , j'avais énormément de mal transpirant de tous mes pores .

Maintenant , que j'ai compris pourquoi cela me fait ça , je suis capable de monter des km en semant mon mari qui lui ...se traine tjrs .

mais , au début , d'une côte , je suis tjrs dans le même état qu'avant , harassée , un poids énorme sur le dos , essouflée et ...très mal à l'aise .
Alors , il faut que je fasse le travail mental de me rappeler que je ne suis plus la petite Alice mais l'adulte libéré du joug de la tyrannie .

Et alors , c'est presque un miracle comme ça fonctionne .
Mon souffle se régularise, l'opression s'envole, l'énergie me donne des ailes et mes jambes ont une volonté énorme
mon esprit est alors , vaillant, fonceur, battant et je grimpe la côte avec joie et sans aucune difficulté en grandes emjambées.

voilà, tout cela pour vous expliquer , qu'une thérapie , au bout d'un certain temps ça agit dans plein de domaines qu'on aurait même pas imaginés au départ !
Alors , lorsque vous désespérez du travail psy que vous fêtes ...pensez à cette petite allégorie toute modeste.
les victoires ne sont pas tjrs couronnées de médailles mais elles donnent plus d'aisance dans la vie


alors courage à tous et toutes et ...croyez y !

alice





nouvelles règles x1 alice le 02-07-2014 08:17:00  


des années de thérapie ( psychanalyse pour ma part ) permettent de" déprogrammer" ce qui nous a été inculqué et les fausses défenses ( phobies ) que nous avons instaurées .
c'est possible mais c'est un long travail . il ne faut pas espérer que cela se règle en quelques mois ...
alice





Alice fofi le 06-03-2014 15:47:00  


Les activités non thérapeutiques ( sport, art créatif,....)ne sont pas obligatoires mais pour nous occuper et nous détendre car ici la thérapie est très intensive....
Les activités thérapeutiques ont comme leur nom l'indique un but pour nous aider à nous soigner ( il y a des groupes ou se sont plus des cours, des outils pour gérer les difficultés: tcc, estime de soi , affirmation de soi, gestion du stres,... Ou des cours pour comprendre les patho: dépression bipolarité, tca( celui la est fermé c'est à dire réservé aux patients ayant ces troubles car il y a bcp d'échange ),.....) groupe de parole , théâtre ( thérapeutique), art thérapie,......
Bien sur on ne fait pas forcément tout!!!!
Le travail ici est réellement intensif et poussé pour avancer.. Bien sur si le patient est bien acteur de ses soins ce des touristes il y en a!!!
La psycho... Comme le psy, moi ce sont eu mes vrais psy.., ceux de la clinoque. À l'extérieur j'ai un soutien c'est tout mais aucun travail intense réel à l'extérieur. Pas trouvé qqn d'assez bon niveau qui sache gérer le ptsd et les trauma... Le prix.... Et emdr en externe vu l'état dans lequel ça peut mettre... Non merci pas pour moi je connais ma fragilité..... Seule je ne pourrai pas gérer l'aptes séance...

Pour ma part et face à de tels trauma... Juste une prise en charge médicamenteuse ne me suffit pas. Et je suis d'ailleurs résistantes aux anti depressuers qui ne servent à rien chez moi. On finit d'ailleurs le sevrage du dernier la et après il ne m'en met plus car nous sommes d'accord sur leur inefficacité chez moi, les ayant tous essayes.....

Je suis qqn qui bosse sans cesse, donc pour moi la clinique est bien car ça me met un cadre qui me permet de bosser dans le bon sens, d'avancer... Demandez a opale comment j'étais quand elle m'a connu avant la clinique....

Sans cet endroit, sans pm et ma psycho... Je ne serai pas la à vous écrire........





Cendrillon  thérapie dawn le 25-02-2014 21:41:00  


Je ne sais trop quoi dire par rapport à ce Rdv que tu as eu ni poser de jugement sur ce psy...peut être est-il très peu psy ou alors à-t-il voulu te provoquer, c'est une possibilité. Quand je te lis, la seule chose que je peux constater c'est qu'il a provoqué en toi une réaction, des émotions et un questionnement.
Sans que ça ai d'objectif précis, je vais partager mon expérience avec les psy car en lisant ce que tu as écrit j'en ressens le besoin.
Après les abus, je n'ai pas vraiment eu de conséquences "visibles " ni pour moi ni pour les autres.
J'ai été violée entre 8 ans et 12 ans selon mes souvenirs. Je suis restée une petite fille modèle, avec des bon résultats à l'école pendant tout ce temps. Puis l'adolescence est arrivée et j'ai continué à être bonne élève. Pas de bêtises à l'extérieur. Juste un peu difficile avec mes parents, mais je ne crois pas plus qu'un autre ado. Des grosses discussions avec mon père, mon abuseur mais rien de plus.
Puis un jour une copine m'a montré un dépliant sur un internat à 1000km de chez moi. J'ai vu qu'on y faisait beaucoup de sport (j'étais très sportive à l'époque), et que les résultats au bac étaient très bons. J'ai décidé de passer le concours, j'ai été prise et je suis partie loin de chez moi sans que ce soir motivé consciement par ce qui c'était passé. Je ne rentrais plus que pendant les vacances scolaires.
Dans ma tête j'avais toujours les films des viols qui tournaient en boucle mais sans que ça ait un impact sur ma vie quotidienne.
J'ai donc évolué de manière tout à fait normale: bonne élève, sportive, pas d'excès, quelques petis amis, aucun problème avec mon corps. J'ai ainsi continué mon évolution jusqu'au bac ou j'ai perdu ma grand mère. Suite à ce décès, j'ai commencé à avoir quelques difficultés en cours mais rien de grave.
À 20 ans je suis partie vivre avec mon grand père qui venait de perdre sa femme. J'ai alors poussé la porte d'un psy. Et je lui ai raconté mon histoire et je lui ai demandé si j'avais besoin d'être aidée pour régler mon problème, car même si tout allait bien, j'avais quand même des interrogations par rapport à ce qu'il m'était arrivé.

Le type était froid et ne m'a pas répondue. Je suis donc repartie en me disant que jusque-là j'avais tout bien réussie toute seule et que je n'avais pas besoin d'être aidée. Et puis j'étais forte. C'est toujours moi qui gérais tout le monde. Mes amis me le disent tout le temps: toi, tu es forte, tu as confiance en toi, tu es un roc, rien ne t'atteint. Et c'était vrai.

Pendant des années tout me réussissait. J'ai fait de supers études et j'ai eu des petits amis relativement sain et a la fin de mes études j'ai décroché le job de mes rêves, celui que tout le monde m'a envié pendant des années....

Cette même année ou j'ai eu ce fameux job, j'ai rencontré Marco dont je suis tombée amoureuse et avec qui j'avais envie de me poser, et avoir des enfants. Avec du recul, je me rends surtout compte que c'est auprès de lui que j'aurais voulu mettre le nez dans mon passé. Puis il m'a quitté pour une autre. C'était en 2005. Et depuis ce jour ma vie qui suivait une courbe positive et sans faute à commencé à prendre le chemin de la courbe négative.
J'ai commencé à avoir des problèmes au boulot, dans ma vie sociales, dans mes relations avec les autres. J'ai changé de boulot, et j'ai enchainé les histoires lendemains. Je buvais beaucoup. Puis au boulot ça se passait de moins en moins bien, très très mal même. La personne brillante que j'étais était en chute libre. C'est alors que j'ai repoussé la porte d'une psy car je ne supportais pas toute cette vie, d'avoir perdue de ma superbe, de ne plus rien réussir et surtout de tout rater. C'est comme ça que j'ai commencé ma thérapie. C'était en 2006.

Je suis rentrée dans le bureau de la psy et je lui ai dit: voilà ce qu'il m'est arrivé. J'ai déjà beaucoup réfléchi, je pense être guérie mais il reste un domaine pour lequel je n'arrive pas à guérir c'est avec les hommes. J'ai refais tout le puzzle mais il me manque une pièce. J'ai effectivement beaucoup réfléchie toute seule dans ma tête pendant des années, mais la je me rendais compte que je n'arrivais pas à tout régler. J'y suis allée comme j'allais chez le médecin, pour qu'en repartant j'ai un remède à mon problème qui n'était pas si grave.




Cendrillon  thérapie dawn le 25-02-2014 21:42:00  


Puis au fur et à mesure des séances, je comprenais comment réfléchir différemment. Mais pendant 4 ans je ne parlais jamais des viols. Et pendant ce temps ma vie devenais encore pire de jour en jour. Je perdais tout ce que j'avais minutieusement construit: l'apparence.
Je me suis fait virée de mon boulot et j'enchainais les relations avec des types qui me faisaient souffrir. Une vrai descente aux enfers qui s'est terminée en 2012 avec ma 1 ère rupture d'avec pascal, l'homme qui a tout déclenché. J'ai d'ailleurs arrêté de voir ma psy début 2010 quand je l'ai rencontré. J'y suis retournée quand il m'a complètement détruite. Et cette descente aux enfers a été un déclencheur. Je voulais sortir de la, sortir de l'enfer. Finalement cette thérapie ne m'a pas aidée à régler mon problème et ma vie est encore pire qu'avant....c'est ce que je pensais encore il y a peu. Encore maintenant quand je sors de chez la psy, je n'ai pas l'impression que ça m'aide à régler mon problème... J'ai 37 ans, toujours pas de mec et encore moins d'enfants, mais maintenant j'ai compris beaucoup de choses.

Pendant des années j'étais dans le contrôle, la force, le "de toutes façons je n'ai pas été touchée et je peux très bien vivre comme tout le monde" et du jour au lendemain j'ai tout perdu: plus aucune confiance en moi, plus aucune force, plus rien, plus d'apparence. Du jour au lendemain les émotions ont pris me pouvoir et j'ai sacrément pris cher comme on dit. Je ne me savais pas aussi faible.

Aujourd'hui j'essaie de me retrouver un peu, mais je ne veux plus de cette fille qui avance comme un bulldozer pour s'éloigner de ses émotions car elle pensait que ça la rendait faible. J'ai besoin de les faire sortir même si elles me rendent la vie plus difficile. Aujourd'hui j'ai le sentiment que je suis honnête vis à vis de moi même, ce que je n'étais pas avant.
Donc je dirais pour conclure que la psy ne m'a aidé en rien à régler mon passé, mais elle m'a aidé à ne plus penser en circuit fermé, je trouve que c'est une démarche plus intellectuelle qu'emotionnelle.



Cendrillon  thérapie dawn le 25-02-2014 21:48:00  


Aujourd'hui je me sens saine, nettoyée. J'ai compris que je devais vivre avec ça toute ma vie. La thérapie m'aide à gérer mon quotidien, mais ne m'aide en rien à gérer mon passé.
C'est d'avoir été au bout du bout avec cet homme, de l'avoir laissé prendre le pouvoir dans ma tête, c'est ça qui a tout déclenché. Mais pas mes séances chez la psy. En revanche je continue à y aller car au mois je peux y déverser mes angoisses du quotidien et ça m'allege au moins un peu de ça.
Voilà ce que je peux te dire que mon expérience de la thérapie.
Pour moi ce qui fonctionne le mieux c'est les pratiques intégrant le corps comme la musicologie, le yoga ou encore la méditation pleine conscience. Ça, je crois que ça m'aide beaucoup à avancer par rapport à mon passé.





Expertise psy x2  la justice dawn le 23-12-2013 21:18:00  


Ce matin, j'ai eu mon expertise psy. Ça a duré plus de 2h.
Lorsque je suis sortie de la j'étais dans un état second, anéantie, vidée et en totale interrogation de tout ce chemin que j'ai effectué cette année...
La psy n'était pas très agréable, très sûre d'elle avec un aplomb incroyable.
Elle a d'abord commencé à critiquer ma psy et l'orientation qu'elle donnait à ma thérapie, ensuite elle a dit que ma psy avait fauté en témoignant pour moi et que je l'avais poussée à la faire... Ce qui est complètement faux. Ma psy a pris conseil auprès de l'ordre des médecins et d'un avocat avant de déposer et je lui ai signé une décharge.

Sa conclusion est que j'ai tout règlé avec mon père et que tout ce que je crois être des conséquences des abus (boulimie, dépenses compulsives, échec dans ma vie sentimentale etc.) n'ont rien à voir avec les viols!!! J'ai soi disant un problème avec ma mère... Évidement que j'ai un problème avec ma mère mais quand même de minimiser les conséquences des viols.... C'est comme être violée une deuxième fois. Et puis elle ne s'est pas arrêtée la... D'après elle je suis responsable en partie de tout ce qui s'est passé dans ma vie...moi qui ait mis 25 ans à penser le contraire....

Bref, un vrai bulldozer doublé d'un pitbull. Elle a réussi à me déstabiliser et je ne sais plus ou j'en suis... Comment est-ce possible de créer autant de dégâts en 2h alors que je peine à remonter la pente jour après jour.... Je suis sortie de la avec l'envie de mourir. Je me suis dis à quoi bon faire tout ça avoir fait tout ça si c'est pour qu'on me dise que je suis responsable de ma vie et que toutes ces années de thérapie n'ont servi à rien?

Ce soir je suis vaseuse. Ma psychiatre m'a rassurée quant à son témoignage et elle va je pense prendre contact avec cette psy experte...et ma psychologue l'a traitée de grosse conne.
Mais ça ne suffit pas elle a mis le vers dans la pomme.

Je suis en grande détresse ce soir  :'-(





Reportage EMDR merci Laeti x2 Opale le 07-08-2013 15:39:00  


http://www.rts.ch/emissions/36-9/4230512-emdr-la-therapie-qui-chasse-les-demons.html





saviez vous x1  thérapie didou le 11-06-2013 11:12:00  


qu'est ce qui te fait peur pour ne pas oser en parler avec lui?


 :-*  :-*  :-*  :-*  :-*  :-*  :-*



saviez vous x1  thérapie didou le 11-06-2013 13:40:00  


je ne trouve pas les mots pour te répondre. je pense fort à toi



saviez vous x1  thérapie Opale le 11-06-2013 15:32:00  


 :-x  :-x  :-x  :-x  :-x  :-*  :-*  :-*  :)§  :)§  :)§



saviez vous x1  thérapie Zoé le 11-06-2013 18:45:00  


N'avez vous jamais envisagé d'en parler avec un thérapeute tous les deux?
Car impuissance=castration mais aussi frustration (de ne pas en parler au delà de la dimension sexuelle...).
Et bien entendu rien de tout cela n'est de votre faute...ça fait parfois du bien de se l'entendre dire même si on le sait... :-x



saviez vous x1  thérapie bernard (modérateur) le 11-06-2013 18:55:00  


Je rejoins Zoé : parlez en ensemble avec un professionnel, thérapeute, médecin voire un sexologue.

De plus les conséquences ne sont pas évidentes car c'est plus l'intervention ou les traitements anti cancéreux qui peuvent avoir des conséquences sur l'érection ou la libido, pas le fait de ne plus avoir de prostate. Cette complexité des conséquences et bien une occasion pour en parler avec un spécialiste.

courage à vous 2

 :-*  :-*
Bernard





"Elle ne pleure pas, elle chante" x2  mes émotions Cendrillon le 26-01-2013 16:00:00  


Emouvant, époustouflant, ébranlant, efficient et électrisant !

Une symbolique très forte (la maison, l'ascenseur, la cigarette, le néon, la bassine renservée...) qui nous met rapidement dans l'ambiance : inutile même que la mère nous parle de l'emprise de son mari, on la voit, on la sent dès l'entrée dans cette maison !
Tout y est droit, bien rangé à sa place, rien ne dépasse... On sent de suite la rigidité, la maîtrise, l'emprise, la peur et le manque de vie !

Une ambiance lourde mais ces silences encore plus pesants, à nous en arracher les tripes (à la mode de Caen, tant qu'on y est  :-D ) !
Des scènes tout aussi prégnantes... Celle de la mère et la fille qui se retrouvent dans la "chambre des horreurs", sur le lit où tant de souffrances ont été subies... Celle où la jeune femme dit à son père qu'elle demandait juste à être aimée... Celle où la mère la rejette, la dénigre, l'insulte... D'une telle violence...

Et cette jeune femme... Qui interpelle, qui m'interpelle... Je me suis retrouvée en elle...
Ce cynisme, cette provocation, ce "pouvoir/vouloir jeter"...
Ces scènes qui puent la culpabilité, cette honte... Lorsqu'elle demande à son ami de la rejoindre... Elle recrée tellement ces conditions subies... Elle se fait tant de mal...

Et lui, son ami, qui est là, qui n'comprend pas bien mais qui accepte...
Je trouve intéressant que l'on ait accordé une place à cet ami... Parce que c'est aussi ce que vivent les conjoints, concubins, maris... C'est aussi violent, on (ou je  c:-) ) est aussi violente par moment...

Finalement, je crois que c'est une bonne thérapie que de pouvoir s'adresser à son agresseur comme elle l'a fait !





marre des ordonnances à gogo!!!!!!! x2  thérapie léna le 23-01-2013 22:03:00  


Merci à ma psy qui me drogue ! qui fais de moi un vrai légume ! voilà je prend depuis plus de deux ans du lexomil !!! (bromazépan) je suis accro ! je vais donc devoir trouver la force de faire un sevrage
et devoir encore supporter ttes mes douleurs !
migraines ,céphalé , vommisement , douleur musculaire douleur abdominale ,perte de mémoire
régles dites hémoragique c'est à dire que je n'ai pas mes régles pendant un certain temps puis quand je l'ai ait (tjr par surprise) la douleur et trés forte dans le bas du ventre et ça saigne beaucoup !
au niveau du sommeil soit je dort pendant 12heures et la nuit précédente je ne dort pas ! perte d'appétit ou crise de boulimie ... bref je vis avec mon passé déjà bien difficile et à cela s'ajoute tte ces douleurs physique !!!!! :-(&  :-(&  :-(& hier soir je me suis trainer pour allez au toilettes plier en deux par ces douleurs !!!!! j'ai mal aux yeux je ne supporte pas la lumiére ! mon corps lache moralement je sombre c'est pourquoi je vais faire une demande pour etre hospitaliser et suivre un sevrage ! et cela risque de ne pas etre simple !
merci à ma psy ! qui m'accorde jamais la parole !
préférant prescrire des cachetons !
 :-&  :-&  :-&  :-&  :-&  :-&





suite action réaction RUFO x2 Arianne le 14-12-2012 22:42:00  


AF
(adresse)

A Monsieur le président du Conseil National de l’Ordre des Médecins,
Dr. Michel LEGMANN

A Messieurs les Présidents de Section

Ethique et Déontologie : Dr. Piernick CRESSARD
Exercice Professionnel : Dr. André DESEUR
Formation et compétences médicales : Dr. Robert NICODEME
Santé Publique : Dr. Patrick ROMESTAING


Messieurs,

Je soussignée,

reconnue en 2007 au nom du Peuple Français comme victime des actes délictueux du sieur GUIGNARD Erik, ....
Docteur en Psychologie (Université Paris V),
Ecoutante de victimes de pédocriminalité

vous prie de bien vouloir considérer les éléments suivants.

LES FAITS

Le Dr Rufo répond sur France 5 à une série de questions formulées par les spectateurs sur leurs problèmes familiaux.
Lors de l'émission du 3 décembre 2012 une femme a appelé pour une affaire grave. Il s'agissait d'une mère dont la fille de 28 ans était hospitalisée, et affirmait qu'elle avait subi des sévices sexuels dans l'enfance. Le Dr Rufo sans guère plus d'informations a répondu à la mère que cette jeune fille avait une perception "délirante" du monde puisque la "L'immense majorité des enfants abusés vont bien".
http://www.youtube.com/watch?v=WmzZMYUC2nc

voir Annexe

MES CONSTATATIONS

Il est évident que de tels propos :
-1/ ne s'appuient sur aucune des recherches scientifiques actuelles, et ignorent tout des conséquences dramatiques des sévices sexuels sur la santé des victimes ,
-2/ vont à l'encontre du respect de la personne hospitalisée dont on parle dans l’émission, et de toutes les victimes de sévices sexuels, en particulier sur mineurs.
-3/ vont à l'encontre du code de déontologie des médecins,

1.1 Je copie ici un extrait d'un article du Docteur Muriel Salmona qui prouve les erreurs scientifiques caractérisées du discours du Dr Rufo : http://memoiretraumatique.org/qui-sommes-nous/campagnes.html

« Or les violences subies pendant l'enfance quand elles ne sont pas prises en charge sont un des déterminants majeurs de la santé et du bien-être d'une population : une étude américaine récente sur 17 000 personnes montre, 50 ans après des violences et des négligences subies pendant l'enfance, une augmentation considérable et proportionnelle (au nombre de violences et de négligences différentes subies, score allant de 0 à 8), de morts précoces, de pathologies organiques (infarctus du myocarde, hypertension, diabète, obésité, affections broncho-pulmonaires, maladies sexuellement transmissibles, fractures, hépatites), de pathologies psychiques (états de stress post traumatique, suicides, dépression, angoisses, attaques de panique, troubles de la personnalité, insomnie, troubles de la mémoire et de la concentration), de conduites addictives (tabac, alcool, drogues), de troubles de l'alimentation, de conduites sexuelles à risque, de violences à nouveau subies et de violences commises, de désinsertion sociale
(Felitti VJ, ACE Study, The Relationship of adverse childhood experiences to adult health status, 2010).
Ces conséquences à long terme sont dues à des troubles psychotraumatiques chroniques qui s'installent quand les victimes de violences ne sont ni identifiées, ni prises en charge, ni protégées, ni soignées. Abandonnées seules avec une grande souffrance et un sentiment d'insécurité permanent elles devront survivre en mettant en place des stratégies d'auto-traitement. Ces stratégies de survie auront de lourdes conséquences sur leur santé, et de plus seront un facteur d'exclusion et de pauvreté, et un facteur de risque d'être à nouveau victime de violence ou de reproduire des violences. »
1.2 Une autre étude montre que :
« La revue de la littérature permet de dire que 20 à 44% des victimes d’abus sexuels dans l’enfance ne présentent pas de signes d’un devenir négatif (Dufour et al 2000 Dufour MH, Nadeau L, Bertrand K. Resilience factors in the victims of sexual abuse : state of affairs. Child Abuse Negl 2000 ; 24 : 781-97.) donc c’est une minorité puisque de 56 à 80% des victimes ont besoin d’être soignées.

-2.1 Pour la personne dont le Dr Rufo a parlé :
Sachant également que la guérison d'une victime de sévices sexuels sera considérablement influencée par l'écoute et la validation de ce qu'elle a vécu, par une thérapie adéquate, par la protection de sa personne, et par la bienveillance de son entourage, que peut-il advenir avec un tel mépris de la réalité et des souffrances endurées ?
-2.2 Pour la population qui a visionné l’émission :
Sachant que la population française souffre déjà d'un retard considérable par rapport à bien d'autres pays occidentaux sur les violences sexuelles (leur réalité, leur étendue et leurs conséquences sur les individus et sur la population), que peut-il advenir avec un tel déni médiatique ? Ces propos auront des répercussions graves sur les téléspectateurs en manque d'informations.





suite x1 Arianne le 14-12-2012 22:43:00  


Concernant la stature médiatique du Dr Rufo, il est dramatique qu’il n'ait pas eu le soucis des répercussions de ses propos auprès de la famille concernée, et auprès du public national.

MES DEMANDES

Je ne supporte plus que de nombreux médecins diagnostiquent des psychoses parce qu’ils ne se forment pas aux avancées des neurosciences en ce qui concerne le Syndrome de Stress Post Traumatique et ses diverses manifestations, y compris les formes pauci symptomatiques.

Je ne supporte plus que TOUTES les recommandations de bonne pratique de la HAUTE AUTORITE DE SANTE : http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1067136/reperage-et-signalement-de-l-inceste-par-les-medecins-reconnaitre-les-maltraitances-sexuelles-intrafamiliales-chez-le-mineur :
« Repérage et signalement de l'inceste par les médecins : reconnaître les maltraitances sexuelles intrafamiliales chez le mineur »
ne soient pas appliquées par les médecins, en ce qui concerne
-la parole des victimes,
-les conséquences individuelles et nationales des violences sexuelles sur mineurs, qui coûtent à l’état en première évaluation plus de 4.5 Millions d’euros (Prof. Bichot, université de Lyon)
-les meilleures thérapies dans ces cas très particuliers et en même temps si fréquents
-le signalement alors même que 5% seulement des signalements sont le fait des médecins.

Je ne supporte plus que le Dr Rufo ose se poser en spécialiste et adresse à la France entière des conseils anti thérapeutiques que déjà de nombreux médecins, psychiatres, et psychothérapeutes ont été obligés de corriger, mais sans que la chaine de télévision ni le Dr Rufo ne daignent émettre des excuses pour leurs erreurs graves, et ne fassent une reconnaissance publique du caractère faux et dangereux de ses propos pendant une émission suivante .





parler des agressions et les conséquences x1  thérapie MATHILDE le 19-11-2012 16:07:00  


Bonjour Isida, ça a été très difficile.Un enfant à la rue c'est de l'inconscience.il aurait pu arriver n'importe quoi.
Mon père me faisait peur avec ça aussi.Il me laissait sur la route et revenait dapres ma soeur et ma mère.
avec les hommes son comportement était effrayant pour un enfant.
le comportement de ta mère est inaceptable.c'est elle qui est "coupable"
bravo pour ton courage. :-x  :-x  :-x  :-x





pfff  thérapie petite lèna le 07-10-2012 14:35:00  



 :)§  :i:  O+=  :v:  :-x  :-x  :-x





Pour les nantais x2  thérapie Opale le 04-09-2012 19:13:00  


Conférence gratuite sur l'EMDR par EMDR France le 19 septembre

http://www.emdr-france.org/spip.php






Nouveau message

retour